PEA, un véhicule tout terrain

 |   |  533  mots
Le plan d'épargne en actions n'est plus ce qu'il était - un portefeuille fiscalement attrayant, mais cantonné aux actions françaises. Il permet aussi de profiter des performances boursières hors de l'Europe et de biens d'autres choses ...

Si le plan d'épargne en actions (PEA) a toujours les faveurs de l'épargnant français, malgré la disparition de l'avoir fiscal, c'est d'abord parce qu'il permet de protéger de l'imposition à 16% les plus values de cessions et de différer à la clôture du plan les prélèvements sociaux de 11%.

En revanche, la contrainte géographique d'investissement spécifique à ce placement constitue souvent le reproche principal de ses détracteurs : initialement restreint aux actions françaises, le portefeuille du PEA peut en effet être investi en actions européennes (notion pouvant inclure, à l'Est, les nouveaux pays adhérents de l'Union). S'il s'agit de parts d'OPCVM, les Sicav ou les FCP doivent en contenir au moins 75%.

Cette contrainte peut cependant être aménagée : après l'ouverture à certains fonds monétaires destinés aux placements d'attente, quelques gestionnaires d'actifs ont désormais mis au point des OPCVM éligibles au PEA qui offrent une exposition aux zones géographiques situées en dehors de l'Europe.

Au sein de sa gamme de trackers (ETF) actions - soit une quarantaine de supports au total, Lyxor, filiale de la Société Générale, ne propose ainsi que des véhicules éligibles au PEA, y compris pour les produits répliquant les indices de marchés hors Europe. Tout en bénéficiant d'une enveloppe défiscalisante, le particulier peut par exemple investir sur les grandes actions américaines (Lyxor ETF Dow Jones), sur l'Asie (Lyxor ETF Japan, Lyxor ETF Asia ex-Japan) ou même sur une sélection de grandes valeurs mondiales (Lyxor ETF Global Titans).

Dans la même veine, Federal Finance, société de gestion du groupe Crédit Mutuel Arkéa, a lancé une gamme indicielle actions (Federal Indiciel) qui offre le même avantage. Déclinés respectivement sur les Etats-Unis, l'Asie, le Japon, les fonds de la gamme sont tous éligibles au PEA, au même titre que Federal Indiciel Europe. La société de gestion basée à Brest propose même un fonds de fonds éligible au PEA combinant les quatre grandes zones géographiques mondiales en fonction de leur contribution à la capitalisation mondiale (Federal Indiciel International PEA).

Mais comment ces fonds respectent-ils la contrainte juridique d'investissement en actions européennes propre au PEA ? " Le montage financier consiste à organiser un swap (un échange) sur le portefeuille, explique Erwann Marec, responsable de la gestion quantitative chez Federal Finance. Le portefeuille initial est investi sur des actions européennes, à travers un indice ou un panier optimisé d'actions. Puis ce portefeuille est échangé (sous forme d'un swap) auprès d'une contrepartie bancaire contre une performance monétaire.

Dans un deuxième temps, ce rendement monétaire fait lui aussi l'objet d'un swap auprès d'une contrepartie (le même établissement ou un autre) en étant échangé contre la performance d'un marché étranger hors Europe ". Chacun de ces fonds ou trackers respecte donc bien la contrainte initiale d'investissement en actions européennes, garantie de l'éligibilité au PEA, mais propose en fait d'accéder à la performance d'un marché hors Europe. Une perspective bien utile pour jouer le rally sur les actions de zones à forte croissance sans impôt sur les plus values...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :