Pour François Fillon, "le PS promet une avalanche d'impôts supplémentaires"

 |   |  327  mots
Le conseiller politique de Nicolas Sarkozy estime que le programme du PS génèrera 18 milliards d'euros d'impôts supplémentaires.

François Fillon ne mâche pas ses mots. Dans un entretien publié ce matin dans Le Parisien, le conseiller politique de Nicolas Sarkozy dénonce le programme économique du PS tel qu'il a été présenté par François Hollande lundi. Avec un thème porteur: les impôts. Selon François Fillon, le programme du PS risque d'entraîner une "indigestion fiscale". Mieux, il promet une "avalanche d'impôts supplémentaires: 18 milliards d'euros, sans compter une nouvelle CSG pour financer les retraites". François Hollande avait indiqué lundi qu'en cas de victoire à la présidentielle en 2007, le PS "reviendra sur toutes les baisses d'impôt sur le revenu qui ont été accordées sur les tranches supérieures du barème" depuis 2002.

Pour François Fillon, c'est un "contresens économique et historique inouï", et les propositions du PS sont "l'assurance d'un recul économique durable". Au passage, il rappelle aussi que "la gauche, en 2000-2002, avait, sous Laurent Fabius et Lionel Jospin, engagé une baisse de la fiscalité". L'ancien ministre des Affaires sociales du gouvernement Raffarin réfute par ailleurs l'idée d'une CSG retraites et de toute hausse de cotisations, qui conduira à "la réduction de l'offre d'emplois en France et donc à la diminution du nombre de cotisants".

La réponse du PS contre cette diatribe musclée ne s'est pas faite attendre. Jean-Louis Bianco, co-directeur de la campagne de Ségolène Royal, a rappelé que "les prélèvements n'augmenteront pas" si la gauche gagne en 2007, mais "les baisses d'impôts pour les plus riches seront annulées". Jean-Louis Bianco a réaffirmé l'opposition du PS au bouclier fiscal, qui limite à 60% de ses revenus le total des impôts directs payés par un contribuable, véritable "cadeau pour les riches" selon lui. Ce plan fiscal, a-t-il ajouté, est celui du projet socialiste. En revanche, l'idée d'une CSG retraites est "en débat", n'étant pas inscrite dans le projet du PS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :