Sommet historique à Wall Street qui dépasse pour la première fois les 12.500 points

 |   |  385  mots
L'indice Dow Jones a établi mercredi soir un nouveau record et dépassé les 12.500 points pour la première fois de son histoire, aidé notamment par un chiffre meilleur que prévu dans l'immobilier. Wall Street a également profité des "habillages de portefeuilles" de fin d'année, qui consistent, pour les fonds d'investissements, à acheter les actions qui ont beaucoup progressé sur l'année pour présenter un portefeuille attractif au début du nouvel exercice.

C'était fête mercredi soir à la Bourse de New York. Grâce au traditionnel mouvement haussier de fin d'année, Wall Street a terminé en hausse mercredi, l'indice Dow Jones établissant un nouveau record et dépassant 12.500 points pour la première fois de son histoire, aidé notamment par un chiffre meilleur que prévu dans le secteur immobilier. Au terme des échanges, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) a gagné 0,83% (+102,94 points) à 12.510,57 points, un nouveau record de clôture, après avoir établi un record absolu en séance à 12.519,22 points. L'indice composite du Nasdaq a pris 0,73% (+17,71 points) à 2.431,22 points. L'indice élargi Standard and Poor's 500 a gagné de son côté 0,70% (+9,94 points) à 1.426,84 points.

Wall Street a poursuivi sur sa lancée de mardi, aidé par une bonne surprise dans le secteur immobilier, talon d'achille de l'économie américaine. Les ventes de logements neufs ont en effet affiché une vigueur inattendue en novembre aux Etats-Unis, progressant de 3,4% par rapport à octobre pour atteindre 1,047 million d'unités en rythme annuel, quand les analystes tablaient sur 1,015 million de ventes de logements seulement. De plus, les prix médians ont continué de progresser de 5,8% sur un an et de 3,7% sur un mois. Ils sont ainsi revenus à leur niveau le plus élevé depuis avril.

"Ce chiffre a permis d'affaiblir les inquiétudes de ceux qui craignaient que le retournement des prix de l'immobilier ne se répercute sur la consommation américaine", ont réagi les analystes de Briefing.com. "Depuis quelques mois, la Bourse est montée grâce à la conviction que le recul des prix du pétrole allait plus que compenser la faiblesse du marché de l'immobilier", a noté de son côté Hugh Johnson, analyste de Johnson Illington Advisors. "Or aujourd'hui, il y a eu deux bonnes nouvelles: les chiffres de l'immobilier étaient meilleurs qu'attendu et les prix du pétrole ont continué de baisser", a-t-il poursuivi. Les prix du pétrole ont perdu 76 cents à 60,34 dollars à New York, au plus bas depuis un mois, plombés par des températures supérieures à la normale aux Etats-Unis.

Les indices ont également profité des "habillages de portefeuilles" de fin d'année, qui consistent, pour les fonds d'investissements, à acheter les actions qui ont beaucoup progressé sur l'année pour présenter un portefeuille attractif au début du nouvel exercice.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :