En baisse, le CAC 40 termine près de ses plus bas

 |   |  937  mots
Paris termine dans le rouge, après une brève excursion en terrain positif à la suite des marchés américains. A la clôture, le CAC 40 se replie de 0,33% à 4.734,54 points, non loin de ses plus bas de la séance. Les tensions géopolitiques et le maintien à un niveau élevé des cours du pétrole ont eu raison des marchés.

Paris signe une quatrième séance consécutive de baisse. L'indice a bien tenté deux sorties en terrain positif en cours de séance, mais les tensions géopolitiques au Liban et le maintien à un niveau élevé des cours du pétrole l'ont contraint à battre en retraite. La prudence reste d'autant plus de mise que la publication des chiffres de l'inflation américains et une allocution de Ben Bernanke sont prévues demain aux Etats-Unis, alors que se poursuivent les annonces de résultats de sociétés américaines. A la clôture, les deux tiers des valeurs du CAC 40 sont en repli. Sur le SRD, Air France-KLM rebondit de 4,30% à 17,71 euros, après notamment que le gouvernement italien a appelé de ses voeux un rapprochement de la compagnie aérienne avec Alitalia.

A la clôture, le CAC 40 cède 0,33% à 4.734,54 points. Le volume d'affaires est de 4,2 milliards traités sur l'indice. A Londres, le Footsie cède 0,34% à 5.681,60 points et, à Francfort, le Dax baisse de 0,37% à 5.396,85 points. A New York, le Dow Jones baisse de 0,01% à 10.746,72 points.

Sur le plan macro-économique, le Département du Travail a annoncé une hausse de 0,5% des prix à la production en juin, là où le marché tablait sur une progression de 0,3%. Hors alimentation et énergie, l'augmentation ressort à 0,2%, comme prévu. Les prix de l'alimentation se sont néanmoins renchéris de 1,4%, affichant ainsi leur plus forte hausse depuis octobre 2004. De son côté, le Département du Trésor a annoncé une hausse plus forte que prévu des entrées nettes de capitaux à 69,6 milliards de dollars en mai, niveau suffisant pour couvrir le déficit commercial qui a atteint 63,8 milliards.

L'échéance août sur le WTI gagne 76 cents à 76,05 dollars sur fond de craintes d'extension du conflit entre Israël et le Hezbollah à tout le Proche Orient, région qui produit près d'un tiers du pétrole mondial. Du côté des changes, le dollar continue de profiter d'un statut retrouvé de valeur refuge, ainsi que de la publication d'un indice ZEW plus faible que prévu en fin de matinée. Le dollar se renforce ainsi à 1,2483 contre euro. Ce matin en effet, Le moral des investisseurs et analystes allemands s'est à nouveau dégradé en juillet, l'indice des anticipations établi par l'institut de conjoncture ZEW chutant à 15,1, au plus bas depuis mai 2005, contre 37,8 en juin et 35 attendu par les analystes.

Atos Origin décroche de 17,63% à 36,50 euros. La SSII a vu son chiffre d'affaires diminuer de 1,1% à 2,69 milliards d'euros au premier semestre. Atos ramène par ailleurs sa prévision de croissance organique de l'activité à 3% pour l'ensemble de l'exercice, contre 5% auparavant, en raison des retards pris dans la signature de nouveaux contrats au Royaume-Uni. Le groupe ajoute que la marge opérationnelle du premier semestre sera légèrement supérieure à 5%, soit un point en dessous de l'objectif annoncé. Enfin, Atos juge que le consensus de marge opérationnelle pour 2006, qui se situe autour de 8%, est trop élevé. Son concurrent Capgemini recule de 5,38% à 36,91 euros, accusant ainsi la plus forte baisse du CAC 40.

A l'inverse, Vivendi progresse de 1,30% à 25,64 euros. Le groupe de médias et de télécommunications ne présentera pas d'offre pour le rachat des 54% des PagesJaunes mis en vente par France Télécom, jugeant le prix demandé trop élevé. Les offres devaient être déposées hier soir. Eurazeo prend 0,87% à 80,75 euros, alors que le holding se serait également retiré. Il ne resterait donc plus que deux candidats en lice : le fonds Texas Pacific Group et un consortium composé de KKR et de Goldman Sachs. PagesJaunes lâche 5,94% à 22,80 euros.

EADS perd 2,27% à 19,76 euros. Tom Enders, le co-président exécutif allemand du groupe, a déclaré que les Etats-Unis et l'Europe sont d'accord pour estimer que l'Organisation mondiale du commerce (OMC) n'était pas l'endroit le mieux adapté pour régler le différend concernant les subventions à l'aéronautique. Son homologue français Louis Gallois a pour sa part déclaré qu'une alliance capitalistique avec Thales n'était pas à l'ordre du jour. Thales baisse de 1,19% à 29,14 euros.

Arcelor cède 0,84% à 38,89 euros. Mittal Steel a annoncé que les conditions minimales de succès de son offre sont réunies, à savoir obtenir 50% des actions ordinaires d'Arcelor sur une base diluée. Les résultats définitifs seront publiés le mercredi 26 juillet.

Carrefour recule de 0,99% à 46,08 euros. Le géant de la distribution a annoncé avoir conclu un accord d'opérateur mobile virtuel avec Orange. Cet accord lui permettra de lancer une offre de téléphonie mobile sous sa propre marque dans ses 217 hypermarchés français d'ici à quelques mois.

BioMérieux monte de 1,31% à 46,45 euros. Le spécialiste des diagnostics a dégagé un chiffre d'affaires de 516,4 millions d'euros au premier semestre, en hausse de 8,7%. Hors effet de change, la croissance est de 6,1%. Sur le seul deuxième trimestre, l'activité progresse de 5,4% à 206,7 millions (+4,6% à taux de change constants). Pour l'ensemble de l'exercice, le groupe vise " un taux de croissance du chiffre d'affaires, à devises et périmètre constants, situé dans le haut de la fourchette de 5% à 6% initialement indiquée".

Soitec plie de 0,84% à 19,98 euros. Le spécialiste des plaques de silicium destinées à l'industrie des semi-conducteurs a dégagé un chiffre d'affaires de 85,7 millions d'euros au premier trimestre de son exercice 2006-2007, soit un bond de 67,1%. Le groupe se dit " très confiant dans sa capacité à dépasser les prévisions de croissance du marché SOI sur l'exercice 2006-2007 et confirme sa prévision de chiffre d'affaires de l'ordre de 400 millions d'euros aux taux de change actuels". Soitec ajoute que cette croissance "sera accompagnée d'une amélioration des résultats".


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :