Dans le rouge avec Wall Street et le pétrole

 |   |  1087  mots
Paris termine dans le rouge sur fond de flambée des cours du pétrole et de net recul des marchés américains, en particulier de ses secteurs technologiques. A la clôture, le CAC 40 cède 0,29% à 5.262,94 points. En début d'après-midi, il progressait de presque 1%.

En nette hausse ce matin, sur une actualité française et européenne favorable aussi bien sur le plan statistique que sur celui des entreprises, le CAC 40 termine dans le rouge. La forte hausse des cours du pétrole et, d'une manière plus générale, des matières premières, a lourdement pesé sur le marché. Le recul prononcé des indices américains, et en particulier des compartiments technologiques, a fortement affecté la tendance. Alcatel, France Télécom, Thomson, Cap Gemini terminent ainsi parmi les plus fortes baisses du CAC 40. Plus des deux tiers des valeurs de l'indice terminent en baisse. A l'inverse, Total, Société Générale et BNP Paribas ont limité le recul du marché.

A la clôture, l'indice CAC 40 cède 0,29% à 5.262,94 points, après avoir atteint un nouveau point haut de près de 5 ans à 5.329,16 points en début d'après-midi, soit une progression de presque 1%. A Francfort, le Dax baisse de 1,04%. A Londres, le Footsie cède 0,68%. A New Yok, le Dow Jones recule de 0,89%, tandis que le Nasdaq chute de 1,45%.

Sur le marché pétrolier, le baril reprend 1,07 dollar à 73,20 dollars, après avoir été tutoyer la barre des 74 dollars, en dépit de l'annonce hier de stocks hebdomadaires supérieurs aux attentes. Le marché s'inquiète de la forte hausse actuelle de la demande d'essence, qui a atteint la semaine dernière son plus haut niveau depuis août 2005, alors que deux raffineries américaines viennent de réduire leur production. Sur le marché des changes, le dollar s'échange 1,2845 pour un euro.

La Fed, tout en relevant comme prévu son principal taux directeur à 5%, a maintenu le flou sur l'évolution future des taux d'intérêt aux Etats-Unis. Ben Bernanke et son équipe n'ont pas évoqué clairement une pause dans le cycle de resserrement monétaire, comme certains l'espéraient. Pour autant, aucune nouvelle hausse n'a été clairement annoncée, le message étant plutôt au " wait and see " au gré des statistiques économiques.

Dans ces conditions, les chiffres publiés cet après-midi seront analysés de près par le marché. Les ventes au détail ont progressé de 0,5% en mars aux Etats-Unis, après une hausse de 0,6% en février. Les économistes tablaient sur une hausse un peu plus élevée de 0,7%. Par ailleurs, les inscriptions au chômage ont diminué de 1.000 à 324.000 aux Etats-Unis durant la semaine achevée le 6 mai, contre 322.000 attendues par les économistes. La moyenne mobile à quatre semaines a progressé de 2.500 personnes à 317.250. Enfin, publiés à 16 heures, les stocks des entreprises américaines ont progressé de 0,7% en mars, annonce le Département américain du Commerce, après une progression de 0,1% le mois précédent (chiffres révisés, précédemment inchangés). Les économistes tablaient sur une progression de 0,5%, selon Reuters.

Côté valeurs, Lafarge gagne 0,89% à 102,30 euros. Le titre profite des excellents résultats trimestriels du suisse Holcim, le deuxième cimentier mondial. Ce dernier a notamment fait part d'un bond de 70% de son bénéfice trimestriel et confirmé ses perspectives.

Les bancaires sont en grande forme à quelques jours de la publication de leurs résultats trimestriels. Le néerlandais ING a annoncé ce matin des comptes supérieurs aux attentes au titre du premier trimestre. BNP Paribas grimpe de 0,78% à 78 euros, Société Générale gagne 1,05% à 124,80 euros.

LVMH s'adjuge 0,42% à 84,05 euros. Le leader mondial du luxe a annoncé lors de son assemblée générale que la croissance du chiffre d'affaires est " plutôt en accélération " à fin avril par rapport au premier trimestre. A fin mars, les ventes progressaient de 15% à 3,6 milliards d'euros.

Les valeurs pétrolières et para-pétrolières sont en forme, soutenues par la progression du prix du baril. Total s'adjuge 0,77% à 223,80 euros, parmi les plus belles hausses de l'indice CAC 40. Vallourec cède 0,13 % à 1.130 euros et Technip 1,52% à 50,15 euros.

Mais la plus belle performance du secteur revient sans conteste à Géophysique, qui s'envole de 9,10% à 158,20 euros, en tête du SRD. Le groupe para-pétrolier a annoncé d'excellents résultats trimestriels, dégageant notamment un bénéfice net de 58,9 millions, très largement supérieur aux attentes. La société indique qu'elle atteindra les objectifs qu'elle s'était fixés pour 2007 dès cette année.

Sanofi-Aventis cède 0,07% à 75,10 euros, également dans les premières places du CAC. Le laboratoire pharmaceutique vient d'annoncer que son candidat vaccin contre le virus H5N1, notamment dans sa formulation avec adjuvant, est bien toléré et induit une réponse immunitaire.

Au chapitre des publications, Axa cède 1,36% à 29,64 euros, malgré des facturations trimestrielles supérieures aux attentes. Le chiffre d'affaires de l'assureur a progressé de 12,1% au premier trimestre, à 21,99 milliards d'euros. Ce chiffre est supérieur aux attentes des analystes qui tablaient sur 20,9 milliards d'euros. La croissance est tirée par le pôle gestion d'actifs (+33,3%). L'assureur ne fait pas de prévisions.

EDF, en nette baisse en début de séance, reste sous pression après son avertissement sur son résultat d'exploitation au premier semestre. Le titre recule de 1,58% à 46,16 euros. Le groupe a annoncé hier soir une hausse de 21,5% à 17,58 milliards d'euros de son chiffre d'affaires au premier trimestre. La croissance organique a atteint 13,4%. L'électricien confirme " une évolution qui s'inscrit dans le cadre des perspectives financières annoncées, malgré les effets négatifs saisonniers en France qui devraient peser significativement sur l'Ebitda (excédent brut d'exploitation, ndlr) du groupe au premier semestre ".

Hausse pour Pernod-Ricard, +0,73%, à 152,80 euros, après des facturations conformes aux attentes. Le groupe de liqueurs et spiritueux a réalisé un chiffre d'affaires de 4,57 milliards d'euros au cours des 9 premiers mois de l'exercice 2005-2006, en hausse de 67,4%. La croissance organique atteint 4% sur neuf mois, dont 1,5% sur le seul troisième trimestre. Les objectifs annuels sont confirmés.

Sodexho en revanche est sous pression, -5,14% à 37,46 euros, malgré des prévisions encourageantes. Le groupe de restauration a dégagé, au premier semestre de l'exercice 2005-2006, un bénéfice net de 160 millions d'euros, en hausse de 70,9%, pour un chiffre d'affaires de 6,54 milliards, en progression de 10,9%. Le groupe de restauration table sur une croissance organique de ses ventes de 5% en 2005-2006 et une progression hors effets de changes de 6% de son résultat opérationnel, des prévisions qui correspondent au haut de sa fourchette de prévision précédente.

Enfin, plusieurs valeurs se distinguent au SRD après de bonnes publications trimestrielles. C'est le cas de SR Teleperformance, +7,36% à 35,44 euros, Carbone Lorraine, +8,13% à 49,74 euros ou encore GFI Informatique, +3,69% à 7,31 euros.


Ambroise Ecorcheville
Copyrigth Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :