L'OCDE relève à 2,2% la croissance du PIB 2006 en zone euro

 |   |  513  mots
L'Organisation de coopération et de développement économiques prévoyait initialement une croissance de 2,1% du PIB de la zone sur l'année. Au niveau mondial, l'OCDE estime que la croissance est toujours vigoureuse mais toutefois vulnérable, notamment en raison des fluctuations des prix du pétrole.

Pour l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la croissance mondiale reste solide. "L'économie mondiale a confirmé sa capacité à traverser sans encombre, ni ralentissement marqué, les périodes de turbulences", explique l'OCDE dans un communiqué. Si le Japon a retrouvé la voie de la croissance, les Etats-Unis n'ont été que faiblement impactés par la série d'ouragans de l'an dernier. Pour sa part, l'Europe continentale, dont l'activité a faibli en fin d'année dernière dans la foulée des hausses de prix énergétiques, a vu sa croissance s'accélérer sur le début de 2006. A tel point que la croissance du PIB de la zone euro sera supérieure aux prévisions pour l'année. Ainsi, l'OCDE prévoit désormais une croissance de 2,2%, contre 2,1% estimés le 29 novembre dernier.

A court terme, l'OCDE prévoit une nette reprise de vigueur dans la zone euro, mais aussi au Japon et aux Etats-Unis. De même, "une expansion s'élargissant à la consommation n'a jamais paru aussi probable en Allemagne depuis la fin des années 90", ajoute l'OCDE.

En revanche, si la croissance est au rendez-vous en début d'année, l'OCDE est plus prudente pour le reste de l'année. "Aux Etats-Unis, le resserrement passé de la politique monétaire a créé les conditions d'un atterrissage en douceur, tandis qu'en Europe une croissance supérieure à la tendance permettrait de commencer à résorber très progressivement l'insuffisance de la demande globale", souligne l'organisation.

Enfin, côté inflation, en se fondant sur un prix du pétrole autour de 70 dollars le baril, les perspectives resterait relativement bénignes. L'inflation atteindrait 1% au Japon en début d'année prochaine et se stabiliserait par la suite. Elle paresserait sous le seuil des 2% dans la zone euro au même horizon - hors hausse de la TVA en Allemagne. En revanche, aux États-Unis, la désinflation prendrait plus de temps.

Reste que selon l'OCDE, les pays de l'organisation "auront sans doute à faire face aux conséquences complexes de l'inflation importée. En outre, "les incertitudes relatives aux sources des récentes hausses de prix du pétrole et des matières premières viennent compliquer la tâche des banques centrales dès lors qu'il existe un risque que nous soyons confrontés à un choc d'inflation importée prolongé plutôt que temporaire alors même que les hausses passées pourraient n'avoir pas encore été entièrement répercutées dans les prix de consommation".

L'OCDE prévoit 2,1% et 2,2% de croissance en France en 2006 et 2007
La reprise de l'économie française enregistrée au deuxième semestre 2005 "s'est poursuivie en 2006 et devrait continuer" à peu près au même rythme l'an prochain, à condition notamment que les exportations soient plus vigoureuses, a annoncé aujourd'hui l'OCDE. Alors que le gouvernement français table sur une croissance de 2% à 2,5% cette année, une prévision jugée trop optimiste par les économistes, l'organisation maintient sa prévision de 2,1%, comme en novembre dernier, et table sur une progression du PIB français de 2,2% en 2007.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :