L'Unedic porte à 40.000 le nombre de chômeurs placés par le privé

 |   |  602  mots
L'organisme gestionnaire de l'assurance chômage a revu en baisse sa prévision d'excédent, à 245 millions fin 2006, ce qui ramènerait le déficit cumulé à 13,2 milliards d'euros. La croissance économique de 1,9% devrait permettre 152.000 créations nettes d'emplois, amenant un taux de chômage de 8,9% fin 2006.

L'Unedic multiplie par cinq sa mise. Le régime d'assurance chômage continue de parier sur le placement des chômeurs par des cabinets privés, bien que les résultats ne soient pas encore complètement établis pour le moment. L'Unedic a ainsi décidé aujourd'hui de porter de 7.000 à 40.000 le nombre de demandeurs d'emploi placés par le privé. Le 24 mai dernier, la question de l'extension des expérimentations n'avait pu être tranchée en raison du faible échantillon déjà testé (lire ci-dessous). Aujourd'hui encore, FO, comme la CGT, ont marqué leur opposition à l'élargissement de l'expérimentation lancée en 2005, "à partir du moment où aucune évaluation crédible" n'a été faite.

La rémunération des organismes prestataires de service sera désormais conditionnée à la réussite du placement. Elle sera environ d'un tiers à l'accueil de la personne, un autre tiers à la signature d'un CDD ou d'un CDI d'une durée minimale de six mois et enfin d'un dernier tiers s'il est constaté une ancienneté continue de six mois dans la même entreprise, a précisé Jean-Claude Quentin, secrétaire confédéral de Force Ouvrière, membre du bureau de l'Unedic. Un appel d'offres sera lancé au bulletin officiel de l'Union européenne, avec clôture de réception des offres fixée au 18 août. La décision de l'Unedic interviendra lors de sa réunion du 8 septembre. Pour l'heure, cinq opérateurs privés se sont vus confier ce type de mission: Ingénus, Adecco, BPI, Altedia et APEC, sur sept sites Assedic en France.

Du côté de l'assainissement de ses finances, l'Unedic compte profiter d'une création nette d'emplois de 152.000 en 2006, grâce à une croissance économique de 1,9%. Compte-tenu d'une population active "potentielle" en baisse de 5.000 personnes sur l'année, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie 1 - qui sert de baromètre officiel - reculerait de 180.000 en 2006 par rapport à 2005. En prenant en compte l'ensemble des catégories de chômeurs, la baisse pourrait concerner 187.000 personnes, selon le régime d'assurance chômage, qui table sur un taux de chômage de 8,9% de la population active fin 2006.

Le régime d'assurance chômage a néanmoins revu à la baisse ses prévisions d'excédent sur l'année. Au lieu de 304 millions d'euros en 2006, ramenant le déficit cumulé à 13,15 milliards, contre 13,45 milliards fin 2005, l'Unedic devrait enregistrer un excédent de 245 millions d'euros, ce qui ramènerait le déficit cumulé à 13,2 milliards d'euros à la fin de l'année.

En 2007 et 2008, la tendance devrait rester à l'amélioration des comptes. L'Unedic table sur un excédent de 2,7 milliards d'euros l'année prochaine, ramenant le déficit cumulé à 10,49 milliards d'euros, puis sur un nouvel excédent de 5,16 milliards d'euros en 2008, amenant le déficit cumulé à 5,33 milliards.

Ce solide optimisme prend appui sur des créations nettes d'emplois supérieures à 200.000 par an en 2007 et 2008, grâce à une progression du produit intérieur brut (PIB) de 2% chaque année. Le taux de chômage descendrait à 8,5% fin 2007 puis à 7,9% fin 2008.

Reste maintenant à savoir comment seront effectivement utilisés ces bénéfices. A l'issue de la réunion entre patronats et syndicats au siège de l'Unedic cet après midi sera annoncé le montant de la revalorisation des allocations chômage en 2006. Les syndicats réclament une revalorisation conséquente du "salaire" des demandeurs d'emploi, après deux années de "vaches maigres" (+1% en 2004, rien en 2005). De son côté, le patronat juge que les "marges de manoeuvre sont quasi-inexistantes", estimant que les excédents dégagés en 2006 doivent être en priorité consacrés au remboursement de la dette.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :