Le caleçon long rend les filles sexy et les fabricants de collants heureux

 |   |  509  mots
Le caleçon long sans pied, rebaptisé "legging", est le vêtement culte de cet hiver. Pour le plus grand bonheur des fabricants de collants, qui voient leurs ventes bondir.

Une soirée, un samedi soir, presque comme les autres. De l'alcool, de la musique, des gens qui dansent, de la bonne humeur. Quand tout d'un coup, un jeune homme s'exclame: "Mais je ne savais pas que c'était une soirée déguisée années 80. Toutes les filles portent un caleçon long sous leur jupe!". Ce fameux caleçon, qui d'ailleurs pour les novices a été rebaptisé "legging", de l'anglais "leg" (jambe) terme beaucoup plus tendance, n'est en rien un accessoire de soirée déguisée mais le "must have" incontournable de la mode de cet hiver. Toutes les peoples branchées, de Paris Hilton à Sarah Jessica Parker en passant par Kate Moss, en portent un sous une jupe, une robe ou simplement un pull taille XXL. Le magazine "Elle" a même dit de lui que c'est "la pièce la plus sûre pour donner la cote mode 2006/2007 à sa garde robe".

Résultat: impossible en effet de croiser dans la rue une fille ne portant pas son legging sous une mini-jupe avec des ballerines ou en version plus sexy avec des escarpins. Pour le plus grand bonheur des fabricants de collants, qui évoluent dans un marché difficile depuis plusieurs années. "Les femmes mettent de moins en moins de jupes, c'est la génération pantalon", rappelle-t-on chez Gerbe, un fabricant assez haut de gamme.

Dans ce climat morose depuis plusieurs années, ce nouvel attrait pour le legging est inespéré pour les fabricants. Wolford, qui propose quatre modèles de legging pour sa collection automne-hiver, dit en avoir vendu plus sur les cinq derniers mois que pendant toute l'année dernière. "La demande est telle que nous sortons deux nouveaux modèles pour la prochaine collection été, souligne Yves Michel, le directeur général de Wolford France. Cette mode du legging est vraiment une excellente nouvelle pour notre profession, autant que l'a été celle de la résille il y a trois ans".

Même dynamisme chez Dim, qui ne propose pour sa part qu'un seul modèle uni et noir. Le spécialiste de la lingerie en a déjà vendu 40.000 depuis le mois de septembre, alors que ces deux dernières années le groupe avait réussi à en vendre péniblement 100.000 pièces pour un tout autre usage: le sport.

Pour sa part, Gerbe, qui ne proposait qu'un seul modèle depuis plusieurs collections, en a sorti un autre à la hâte cet été. Un modèle en microfibres, mais surtout beaucoup moins cher (15 euros contre 34 euros pour le précédent modèle) pour séduire une clientèle plus jeune. Le succès ne s'est pas fait attendre: 10.000 exemplaires ont déjà été vendus. Mais, prudent, Gerbe ne veut pas faire de ce modèle une collection permanente: "le legging est typique d'un effet de mode, nul ne sait combien de temps cela peut durer". Surtout que ce vêtement, même s'il est proposé dans toutes les tailles (1 à 4), va surtout aux grandes brindilles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :