Accidents, embouteillages et pollution dans les Alpes : mobilisation européenne

 |   |  299  mots
Les pays alpins réfléchissent à la mise en place d'un bison futé régional et une "bourse de transit", sur le modèle des émissions de Co2 des accords de Kyoto, avec des droits de passage sur les routes très empruntées. Le ministre des transports a par ailleurs annoncé la mise en oeuvre rapide de la directive européenne "eurovignette".

Les multiples accidents dans les tunnels routiers, en particulier celui du Gothard, ont fait réagir les pays alpins il y a déjà quelques années. La résolution de ces problèmes par une concertation multilatérale étant la plus efficace, l'ensemble des pays concernés ont pris part au débat, avec la création en 2001 du groupe de Zurich, qui réunit la France, l'Allemagne, l'Autriche, l'Italie, la Suisse et la Slovénie.

Deux pistes ont été lancées aujourd'hui à Lyon par le groupe pour résoudre les problèmes d'encombrements et d'accidents particuliers aux Alpes (tunnels, éboulement, enneigement...). D'une part la proposition a été faite d'un "bison futé des Alpes", destiné prévenir les usagers et les administration des problèmes éventuels. L'autre projet repose sur la mise en place d'un mécanisme de "bourse de transit", sur le même principe que celui des accords de Kyoto sur le Co2, pour lequel chaque entreprise a un quota d'émission et dispose parfois de crédits qu'elle peut revendre aux entreprises très polluantes. Pour les tunnels très empruntés par exemple, les utilisateurs disposeront d'un droit de passage, plus ou moins cher selon l'intensité du trafic.

Alors que ces pistes doivent être discutées et approfondies de façon plus concrète, le ministre des Transports Dominique Perben a par ailleurs annoncé la mise en oeuvre rapide de la directive européenne "eurovignette". Cette directive conduit à la mise en place d'une taxe aux péages pour tous les usagers afin de financer la construction de lignes ferroviaires. Par ailleurs, le prix des péages sur les autoroutes sera modulé en fonction du degré de pollution des poids lourds, qu'il s'agisse de ses émissions de Co2 ou de la nuisance sonore qu'il occasionne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :