SNCF : importantes perturbations attendues mercredi

Le trafic SNCF sera perturbé mercredi en raison d'une grève nationale à l'appel de six syndicats de cheminots. La CGT, Sud-Rail, FO, la CGC, la CFTC et la Fgaac ont décidé d'un mouvement de 24 heures pour défendre l'emploi, les salaires et le transport de marchandises. Les syndicats ont en outre peu apprécié les propos de la nouvelle présidente sur le dialogue social dans l'entreprise.

D'importantes perturbations du trafic SNCF sont à attendre sur l'ensemble du territoire à partir de mardi 20 heures. Cette grève nationale à l'appel de six (CGT, Sud-Rail, FO, CGC, CFTC et Fgaac) des huit syndicats de cheminots durera jusqu'à jeudi 8 heures et aura des effets variables selon les lignes et les régions. La SNCF a mis en place différents services d'information sur les trains prévus. Voir ci-contre les sites Web donnant les renseignements pour les trains grande ligne et le service en Ile-de-France.

En ce qui concerne les lignes TGV, la SNCF prévoit deux trains sur trois en moyenne pour les lignes Paris-province, sauf pour les relations Paris-La Rochelle, Paris-Bordeaux et Paris-Grenoble, où 1 TGV sur 3 circulera. Pour les TGV circulant de province à province, 1 train sur trois est attendu, sauf pour les trajets entre l'Atlantique et le Nord, où aucun TGV ne circulera.

Pour les lignes Corail, un service d'un train sur trois devrait être assuré sur les différentes liaisons. Concernant le trafic national, aucun Corail ne circulera dans les nuits de mardi à mercredi et de mercredi à jeudi. A l'inverse, le service de nuit sera normal à l'international, sauf pour la liaison Paris-Bâle où aucun train ne circulera.

Les liaisons de jour avec l'international seront assurées de manière variable: trafic normal pour l'Eurostar, quelques modifications d'horaires pour le Thalys, deux trains sur trois pour l'Artésia (France-Italie), aucun Talgo en direction de l'Espagne.

En Ile-de-France, le trafic devrait être assuré à 50% en moyenne, et la ligne B du RER sera la plus perturbée (pas d'interconnexion avec la RATP en gare du Nord).

Les revendications des six syndicats appelant à la grève portent sur la défense de l'emploi et des salaires, mais aussi sur les restructurations en cours dans l'entreprise, en particulier celles relatives à l'activité trafic de marchandises. La pérennité de la branche fret, qui a connu un premier plan de redressement en 2003, est menacée, selon les syndicats.

En outre, ceux-ci dénoncent la détérioration des relations avec la direction. Les syndicats avaient vivement réagi aux propos de la nouvelle présidente de la SNCF, Anne-Marie Idrac, qui avait souligné mi-octobre l'archaïsme du dialogue social au sein de l'entreprise, "datant de la guerre froide ou au mieux d'avant la chute du mur de Berlin". Pourtant, depuis la signature par six syndicats en octobre 2004 de l'accord "sur la prévention des conflits et l'amélioration du dialogue social" dans l'entreprise, le nombre de grèves nationales à la SNCF est passé de 15 en 2004 à 10 en 2005 et 7 à fin septembre 2006.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.