Bush dope le budget défense et rogne sur la santé

 |   |  322  mots
La Maison Blanche a présenté un budget de 2.770 milliards de dollars pour 2007, avec une baisse des dépenses de 65 milliards de dollars sur cinq ans, dont 36 milliards pour le programme Medicare. Simultanément, le budget de la défense augmente.

Après un nouveau sommet cette année à 423 milliards de dollars, Georges W. Bush a présenté aujourd'hui au congrès un projet de budget 2007 déficitaire à hauteur de 354 milliards de dollars. De ce budget ressort essentiellement une progression des dépenses destinées à la défense, la sécurité intérieure et les affaires étrangères, et des coupes dans la plupart des autres grands secteurs.

Ce déficit représente 2,6% du produit intérieur brut, contre 3,2% attendu pour l'exercice 2006, a précisé la Maison Blanche. Le projet de budget 2007 prévoit 2.770 milliards de dépenses, soit une hausse de 2,2% par rapport à 2006, et 2.416 milliards de recettes (+5,8%).

Trois postes principaux bénéficient d'une augmentation des dépenses: la défense (+6,9% à 439,9 milliards de dollars), la sécurité intérieure (+3,3% à 33,1 milliards) et les affaires étrangères (+12,2% à 33,9 milliards). Au total, les dépenses discrétionnaires augmenteraient de 3,2% à 870,7 milliards de dollars. Les dépenses dans le secteur de la défense augmentent pour la septième année consécutive et n'incluent pas l'"extra" de 120 milliards de dollars destiné aux opérations militaires en Afghanistan et en Irak cette année et l'année prochaine.

En revanche, la majorité des autres grands secteurs se trouve soumis au régime sec: -6,5% pour l'agriculture à 19,7 milliards, -3,8% pour l'éducation à 54,4 milliards, -2,3% pour la santé à 67,6 milliards, -7,2% à 19,5 milliards pour la justice, -9,4% pour les transports à 13,2 milliards. Au total, le gouvernement prévoit de réduire ses coûts de 65 milliards de dollars sur l'ensemble de ces postes sur cinq ans, dont 36 milliards de dollars pour le programme Medicare, le système de santé des plus de soixante-cinq ans. C'est sur ce point que Bush devra affronter le plus de critiques.

Au-delà de 2007, la Maison Blanche prévoit de ramener le déficit budgétaire à 208 milliards en 2009, soit 1,4% du PIB. Elle table par ailleurs sur un ralentissement progressif de la croissance: 3,6% en 2005, 3,4% en 2006, 3,3% en 2007 et 2008, puis 3,2% en 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :