L'euro est repassé au dessus de 1,29 dollar

 |   |  356  mots
La rigueur de la politique monétaire de la Banque centrale européenne, la dégradation de la croissance américaine et les anticipations d'assouplissement de la politique monétaire de la Fed ont renchéri la monnaie unique face au billet vert ces derniers mois. Pour la première fois en deux mois et demi, l'euro a franchi le seuil de 1,29 dollar.

Alors que les resserrements monétaires de la Banque centrale européenne (BCE) ont contribué à l'inversion de la courbe des taux des obligations européennes hier (lire ci-contre), ils sont aussi à l'origine de la hausse de l'euro. La monnaie européenne a une nouvelle fois franchi ce matin la barre de 1,29 dollar, pour la première fois depuis deux mois et demi.

Les hausses successives du loyer de l'argent dans la zone euro ont aiguisé ces derniers mois l'appétit des investisseurs pour la monnaie unique. De son côté, le dollar a été délaissé en raison du ralentissement de la croissance outre-Atlantique. La hausse du PIB américain s'est limitée à 1,6% au troisième trimestre après une progression de 2,6% au deuxième et, surtout, une augmentation de 5,6% au premier. De plus, les déficits jumeaux jouent toujours en défaveur du dollar. Si le déficit budgétaire sera légèrement réduit cette année par rapport à l'an dernier (248 milliards de dollars en 2006 contre 319 milliards en 2005), le déficit du commerce extérieur s'annonce colossal (lire ci-contre).

"Le sentiment envers le dollar s'est nettement détérioré sur le marché des changes, de plus en plus convaincu que la Réserve fédérale va assouplir sa politique monétaire en réponse au ralentissement de l'activité économique aux Etats-Unis", a souligné à l'AFP Derek Halpenny, économiste à la Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ. Selon les économistes, afin de permettre un atterrissage en douceur de l'économie, la Réserve fédérale américaine (Fed) pourrait baisser son taux d'intérêt directeur - actuellement à 5,25% - dès le premier trimestre 2007.

Ce sont également les perspectives de renchérissement du loyer de l'argent liées aux resserrements monétaires de la BCE qui ont propulsé hier l'euro à un plus haut historique face au yen. Alors que les cambistes tablent sur une hausse des taux d'intérêt européens à 3,50% en décembre, après six resserrements d'un quart de point depuis décembre 2005, les taux sont en revanche très bas au Japon, à 0,25%. L'euro a atteint 151,38 yens, un sommet depuis sa création.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :