Brutal coup de frein de la croissance américaine au dernier trimestre

 |   |  268  mots
Attendue à 2,8%, la croissance s'est inscrite à 1,1% au quatrième trimestre 2005 outre-Atlantique, un plus bas depuis 2001. Une déception essentiellement attribuable au plongeon inattendu des dépenses publiques.

Le virage de l'économie américaine n'était pas attendu aussi sec. La première estimation de la croissance américaine au quatrième trimestre 2005 est ressortie à 1,1%, au lieu des 2,8% attendus par les économistes du consensus recueillis par l'agence Bloomberg. L'éventail des estimations variait entre 1,9 et 3,4%. Un brutal coup de frein par rapport aux 4,1% enregistrés au trimestre précédent et qui met un terme à dix trimestres consécutifs de croissance supérieure à 3%.

"La déception se trouve essentiellement attribuable à la faiblesse des dépenses du gouvernement; sans doute un effet de rattrapage après les dépenses de reconstruction dues aux ouragans", explique Mitul Kotecha, économiste chez Calyon. Marie-Pierre Ripert, chez Ixis, estime pour sa part que ce recul est surtout le fait d'une baisse temporaire des dépenses dans le secteur de la défense. Attendues en hausse de 3%, les dépenses publiques ont reculé de 2,4%. L'économiste ajoute que la faiblesse des investissements est également décevante, qu'il s'agisse aussi bien des investissements des entreprises que dans le secteur du bâtiment.

Sur l'ensemble de l'année 2005, l'économie américaine a progressé de 3,5%, après 4,2% en 2004. "Mais le retour de la confiance des consommateurs et la demande meilleure qu'attendue d'automobiles laisse espérer un rebond de la consommation au premier trimestre 2006", estime Mitul Kotecha. Une hypothèse que vient renforcer la hausse de la consommation en fin d'année. Du coup, la réaction de recul du dollar qui a suivi immédiatement la publication du PIB, à 1,2228 dollars pour un euro, ne devrait être qu'un feu de paille, estime l'économiste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :