La production industrielle allemande reste dynamique

 |   |  329  mots
En correction après le bond de 1,2% en octobre, la production industrielle allemande a reculé de 0,4% en novembre. Sur un an, l'indicateur a grimpé de 4,7%, la plus forte hausse en 5 ans. L'embellie outre-Rhin se confirme.

Après deux mois consécutifs de hausse, la production industrielle allemande s'est légèrement repliée de 0,4% en novembre, selon des données corrigées des variations saisonnières publiées aujourd'hui par le ministère de l'Economie. Un recul attribuable en grande partie à la médiocre performance du secteur des biens de consommation (-2,1%). Une baisse qui n'a pas pu être totalement compensée par le secteur de l'énergie, où la production a crû de 0,9%.

Reste qu'en rythme annualisé, la production industrielle allemande a grimpé de 4,7%, sa plus forte progression en 5 ans. Les économistes du consensus recueilli par l'agence Bloomberg tablaient sur un bond de 4,8%. "La production industrielle soutiendra fortement la croissance allemande au quatrième trimestre", estime Klaus Baader, économiste chez Merrill Lynch & Co interrogé par Bloomberg à Londres.

Encore un signe, donc, que le changement d'air outre-Rhin commence à se faire ressentir avec plus d'acuité. En début de semaine, l'Allemagne a publié un taux de chômage en baisse pour la huitième fois sur les neuf derniers mois. "2006 sera une meilleure année que 2005; les signes de reprise de la demande intérieure européenne sont tangibles", indique Sylvain Broyer, économiste chez Ixis.

Une succession d'indices positifs a, par ailleurs, été enregistrée ces derniers temps dans les milieux d'affaires. Ainsi, le baromètre Ifo sur le moral des patrons était en décembre au plus haut depuis août 2000. De sorte que le gouvernement Merkel communiquera le 25 janvier une nouvelle prévision de croissance qui pourrait se situer au-dessus de celle de 1,2 % établie par le précédent gouvernement Schröder.

Mais la prudence reste de mise dans la première économie européenne. De fait, l'Allemagne risque de "retomber dans la léthargie" dès 2007, du fait de l'impact de la hausse programmée de la TVA, prévient l'institut de conjoncture berlinois DIW. Ce qui rend selon lui indispensable l'adoption dès cette année d'un "solide programme structurel".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :