L'Opep va réduire sa production de 1,2 million de barils par jour

 |   |  312  mots
Pour endiguer la chute des cours du pétrole depuis le mois de juillet, le cartel des pays producteurs a décidé de réduire sa production de 1,2 million de barils par jour, contre un million attendu. L'amputation sera effectuée sur la production réelle, qui avait déjà été réduite ces derniers mois par rapport aux quotas.

Surprise: c'est finalement sur une réduction de 4,4%, soit 1,2 million de barils (mbj) par jour, que se sont mis d'accord hier à Doha, au Qatar, les membres de l'Opep, qui produisent 40% du pétrole dans le monde. Or il était quasiment acquis que la baisse ne serait que d'un million de barils par jour, comme l'affirmaient les ministres du cartel. Le débat sur les modalités de cette réduction a également été tranché: c'est sur la production réelle et non sur le quota que cette amputation sera effectuée. La différence est de taille, puisqu'au mois de septembre, l'écart entre la production et le quota s'élève à près de 400.000 barils par jour. Hors Irak, l'organisation a extrait 27,6 mbj tandis que le quota était alors fixé à 28 mbj. L'Arabie Saoudite aura pour sa part à diminuer de 380.000 barils par jour sa production.

Une saison calme en ouragan, des stocks américains renfloués et une baisse des tensions en Iran - qui détient 10% des réserves mondiales de pétrole - sont autant d'éléments qui ont contribué au recul des cours du pétrole depuis le mois de juillet. Le baril avait atteint des sommets lors de l'invasion du Liban par Israël. Depuis, le pétrole a perdu 25% de sa valeur jusqu'a 58,86 dollars récemment. Mais ce cours reste trois fois supérieur à celui de novembre 2001, au début de l'envolée liée à la vigueur de la demande mondiale, et particulièrement de la Chine.

Le baril de brut pour livraison en novembre a gagné 36 cents, ou 0,6% à 58,86 dollars après cette annonce sur les marchés électroniques à New York. Hier, le cours avait déjà bondi de 1,5% après l'annonce du ministre saoudien Ali Al-Naimi de soutenir la décision de baisse des quotas, alors qu'il était resté assez silencieux sur le sujet auparavant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :