Zacharias conteste avoir démissionné de la présidence de Vinci

 |   |  633  mots
L'ancien président du groupe Vinci a contesté avoir démissionné, via un courrier de son avocat envoyé lundi aux administrateurs du groupe. Il remet en cause les conditions de son départ.

On croyait les turbulences au sein de la direction du groupe de BTP Vinci finies depuis le départ de son patron Antoine Zacharias, mais il n'en est rien. Alors qu'il avait pris acte du désaveu de son conseil d'administration, le 1er juin dernier, quant à son souhait de se séparer du numéro deux du groupe Xavier Huillard, l'ancien patron du leader français du BTP assurerait maintenant, n'avoir pas démissionné. Selon le quotidien Le Figaro, l'avocat d'Antoine Zacharias fait valoir que celui-ci n'a pas formellement démissionné, car il aurait seulement évoqué son départ conditionné à un éventuel départ du directeur général Xavier Huillard, qui a depuis été confirmé dans ses fonctions.

Dans un courrier explosif envoyé à l'ensemble des membres du conseil d'administration de Vinci, reçu lundi midi, le dirigeant déchu affirme qu'il lui a "semblé important" de leur communiquer le contenu d'une consultation juridique. Il propose que les avocats du groupe de BTP "prennent contact" avec son représentant, Maître Olivier Schnerb. Le deuxième texte est la copie du travail de cet expert s'interrogeant sur le caractère légal de la démission d'Antoine Zacharias et la manière dont le consentement des administrateurs a été obtenu. Pour Maître Olivier Schnerb, l'ancien président n'aurait pas démissionné: le "testament professionnel" lu à haute voie par l'administrateur Patrick Faure lors du conseil du 1er juin indiquait la volonté d'Antoine Zacharias de démissionner après la révocation de son directeur général, Xavier Huillard. Ce dernier n'ayant pas été remercié par les administrateurs, l'avocat de l'ancien président affirme que son client a quitté la salle sur un mouvement d'humeur... et non pour démissionner.

Le 1er juin, Antoine Zacharias avait été contraint de quitter ses fonctions par le conseil d'administration, qui a confirmé Xavier Huillard à son poste de directeur général contre l'avis du PDG qui demandait son départ. Xavier Huillard avait en effet publiquement dénoncé le salaire "très élevé" d'Antoine Zacharias, les "millions" de stock-options dont il aurait bénéficié depuis plusieurs années, de 250 millions d'euros selon lui. Le conseil d'administration avait alors confirmé Xavier Huillard et ensuite nommé Yves-Thibault de Silguy en remplacement d'Antoine Zacharias.

Le deuxième élément soulevé pourrait donner au dossier un caractère politique et judiciaire: le courrier affirme que les administrateurs de Vinci ont voté sous la menace. L'ex-président de Vinci aurait ainsi décidé de porter plainte contre X pour "chantage" à défaut de porter plainte nommément contre Xavier Huillard. Sauf qu'Olivier Schnerb souligne l'étrange similitude entre le courrier envoyé par Xavier Huillard aux administrateurs, peu avant le conseil fatidique, et une lettre envoyée par un "corbeau", il y a près d'un an, et dans laquelle les pratiques financières d'Antoine Zacharias étaient dénoncées. Il estime également qu'il faudrait exiger des administrateurs des explications concernant le vote du 1er juin, par lequel Xavier Huillard qui réclamait 10 millions d'euros n'a pas été révoqué.

Reste que chez Vinci, on ne voit pas du tout les choses ainsi. Dans un communiqué publié aujourd'hui, le groupe affirme que "au cours de sa réunion du 1er juin, le conseil d'Administration de Vinci a constaté la démission d'Antoine Zacharias de ses mandats de président et d'administrateur et désigné Yves-Thibault de Silguy pour lui succéder". Selon le groupe, il ne peut donc y avoir "aucun doute sur la réalité de la démission d'Antoine Zacharias et toute interprétation différente relève de la pure fantaisie".

Mercredi, le titre Vinci progresse de 8,24% à 80,75 euros à la clôture, suite aux rumeurs persistantes qui prêtent à Veolia la volonté de s'intéresser au groupe (voir ci-contre).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :