Paris reprend pied au-dessus des 5.000 points

 |   |  838  mots
Porté par les publications semestrielles d'entreprises meilleures que prévu, Paris rebondit et repasse en hausse le seuil des 5.000 points. A la clôture, le CAC 40 gagne 1,58% à 5.026,20 points, à ses plus hauts de la séance. Danone, Lafarge et BNP Paribas dominent l'indice après leurs semestriels.

Vigoureux rebond des marchés, après une nouvelle salve de publications d'entreprises meilleures que prévu, que ce soit en France, en Europe ou aux Etats-Unis. A Paris, le CAC 40 repasse le seuil des 5.000 points et revient vers les niveaux atteints vendredi soir, au terme d'une progression hebdomadaire de 4,3%. L'indice est largement dominé par Danone, Lafarge et BNP Paribas après leurs publications semestrielles. Vinci, Société Générale et Axa sont également en nette hausse avant de présenter leurs performances respectives. A la clôture, plus des trois quarts des valeurs du CAC 40 terminent dans le vert.

Les communiqués de ce jour ont une nouvelle fois rassuré sur les perspectives des entreprises, après pourtant plusieurs hausses de taux aux Etats-Unis et en Europe. La progression générale des marchés s'est cependant faite en l'absence de publication statistique, susceptible de relancer les craintes des investisseurs liées à la persistance des pressions inflationnistes, alors que les signes de ralentissement de la croissance se multiplient aux Etats-Unis. Demain, les publications d'entreprises seront encore nombreuses, mais les publications économiques également...
A la clôture, le CAC 40 avance de 1,58% à 5.026,20 points, sous la poussée de quelques ténors de la cote, qui ont publié de bons résultats semestriels ce matin. Ailleurs en Europe, le Dax, à Francfort, progresse de 1,50%. A Londres, le Footsie prend 0,72%. A New York, le Dow Jones progresse de 0,57%.

Sur le marché des changes, la devise européenne s'affiche à 1,28, à la veille de la réunion de la Banque centrale européenne, qui devrait relever d'un quart de point ses taux directeurs, à 3%. Sur le front du pétrole, les cours du baril ont poursuivi leur progression pour passer la barre des 76 dollars (76,15 dollars), malgré l'annonce d'un repli beaucoup moins important que prévu des stocks hebdomadaires d'essence. La tension est en effet à son comble juste à l'approche de l'ouragan Chris des côtes du Golfe du Mexique. La poursuite des combats au Liban, entre l'armée israélienne et le Hezbollah, contribue également au maintien des cours.

Du côté des valeurs, BNP Paribas a enregistré un résultat net trimestriel de 1,9 milliard d'euros, en hausse de 30,6%. Pour un produit net bancaire en progression de 40,1% à 7,24 milliards, le résultat brut d'exploitation est en hausse de 49,6% à 2,95 milliards. A données comparables (hors BNL), les revenus ont progressé de 19,7%, le RBE de 28,3%. Concernant l'intégration du groupe italien, les coûts de restructuration sont confirmés à 450 millions d'euros, de même que les synergies de coûts, à 250 millions. Le montant des synergies de revenus sera en revanche supérieur aux 150 millions prévus initialement. Le titre prend 4,20% à 78,20 euros.

Danone (+4,37% à 105,10 euros) a également fait mieux que prévu à fin juin. Le chiffre d'affaires du groupe agro-alimentaire atteint 7,2 milliards d'euros, en hausse de 9% à données comparables et de 12,1% à données publiées. Le résultat opérationnel progresse de 13,4%, la marge opérationnelle s'améliorant de 30 points de base. Le bénéfice net s'élève à 614 millions d'euros, en progression de 22,3%. Par ailleurs, Danone revoit à la hausse sa prévision de croissance organique pour 2006. Elle devrait désormais être comprise entre 7% et 8%. La progression de la marge opérationnelle courante comprise entre 20 et 40 points de base à données comparables est maintenue. Le bénéfice net courant par action devrait quant à lui connaître une amélioration de l'ordre de 15%.
Lafarge (+3,63% à 96,95 euros) a dégagé un résultat d'exploitation courant de 1,17 milliard d'euros, en hausse de 41%, pour un chiffre d'affaires en progression de 21% à 8,75 milliards. Le bénéfice net augmente de 53% à 548 millions. La croissance des résultats devrait se poursuivre dans la seconde moitié de l'année, mais à un rythme moins élevé compte tenu du fort niveau d'activité du second semestre 2005, indique le cimentier.

Sanofi-Aventis a pour sa part publié un bénéfice net de 1,79 milliard d'euros au deuxième trimestre, en hausse de 15,3%. Le profit opérationnel courant augmente de 8,8% à 2,45 milliards, pour un chiffre d'affaires en progression de 5,8% à 7,08 milliards. Le groupe pharmaceutique relève ses prévisions de hausse de son bénéfice net par action ajusté sur la base d'une parité euro-dollar de 1,25 et d'une plus-value de 300 millions d'euros à enregistrer sur la cession des droits d'Exubera à Pfizer. La progression devrait désormais ressortir à 12% sur l'année, contre 10% auparavant. L'action cède 0,14% à 73,35 euros.

Veolia Environnement (+1,16% à 42,60 euros) confirme la perspective d'une croissance de son activité d'au moins 10% en 2006. En attendant, le chiffre d'affaires du premier semestre a progressé de 13,7% à 13,99 milliards d'euros.

A contre-courant, Alcatel termine inchangé à 8,63 euros, pénalisé par l'abaissement d'objectif de Credit Suisse, à 9,90 euros contre 11 euros précédemment.

Arcelor a en revanche accusé un recul de 16% de son résultat brut opérationnel au deuxième trimestre, à 2,83 milliards, en raison d'une baisse de ses prix de vente et d'une hausse des prix des matières premières. Le titre cède 0,48% à 41,81 euros.

Enfin, selon La Tribune, le Tribunal de Commerce de Paris devrait ouvrir aujourd'hui la procédure de sauvegarde d'Eurotunnel, toujours suspendu sur un dernier cours de 44 cents.


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :