Sanofi-Aventis maintient le lancement de l'Acomplia en 2006

 |  | 546 mots
Lecture 3 min.
Le groupe pharmaceutique veut toujours lancer son nouveau médicament anti-obésité en 2006, en dépit des interrogations des autorités sanitaires américaines. Après un bond de 26% de son bénéfice net en 2005, il prévoit une augmentation de 10% de son bénéfice net par action cette année.

L'année écoulée aura été un bon cru pour le géant français de la pharmacie Sanofi-Aventis. Le groupe a en effet annoncé ce matin un bénéfice net 2005 en progression de 26% sur l'année, à 6,33 milliards d'euros. Un chiffre tout à fait en ligne avec les estimations des analystes, qui tablaient sur 6,31 milliards. Calculé par action, le bénéfice s'établit à 4,74 euros.

Sur l'ensemble de l'exercice, où le chiffre d'affaires a progressé de 9,3% en comparable à 27,31 milliards d'euros, le résultat opérationnel a crû de 18,7% à 9,12 milliards d'euros. Les bons résultats de l'année dernière ont été favorisés par un niveau élevé de synergies de fusion. Sanofi-Aventis a réalisé un total de 1,4 milliard d'euros de synergies cumulées avant impôts, soit moitié plus que les 960 millions qui avaient été prévus. L'objectif d'un total de 1,6 milliards d'euros de synergies est toutefois maintenu.

Un sujet de préocupation, toutefois: le ralentissement observé en fin d'année par la croissance des bénéfices. Au dernier trimestre, le résultat opérationnel du laboratoire n'a progressé que de 6,4% à 2,05 milliards d'euros, contre les 2,18 milliards d'euros attendus par le consensus Reuters.

Pour l'année en cours, le géant pharmaceutique a fait état d'un objectif de 10% de progression du bénéfice net par action ajusté. Il s'est en revanche abstenu de formuler une prévision en ce qui concerne son chiffre d'affaires. Une prudence qui reflète la situation tendue du marché mondial de la pharmacie et la montée en puissance des génériques. Le développement de ces derniers constitue en effet une menace directe pour Sanofi-Aventis et certains de ses médicaments phare comme le Plavix, le Lovenox ou l'Allegra.

Dans ces conditions, la mise sur le marché de nouveaux médicaments à fort potentiel devient cruciale. C'est pourquoi les observateurs attendaient avec impatience les déclarations du groupe sur son nouveau médicament, l'Acomplia. Destiné à lutter contre l'obésité et contre la consommation de tabac, l'Acomplia est annoncé comme devant devenir un "blockbuster" pour le groupe.

Mais Sanofi se heurte à une sérieuse difficulté: les doutes exprimés par la FDA, l'agence américaine du médicament, qui a demandé des informations complémentaires sur le produit. Selon la FDA, l'Acomplia ne serait pas adapté aux patients qui souhaitent arrêter de fumer. Quant à l'utilisation contre l'obésité, l'agence a posé différentes questions au groupe. Un revers suffisamment sérieux pour que Sanofi-Aventis ait dû l'annoncer publiquement lundi dernier, faisant perdre près de 3% à l'action ce même jour.

Ce matin, le groupe s'est malgré tout voulu rassurant. L'Acomplia devrait bien être mis sur le marché, en tant que médicament anti-obésité, dès cette année, a-t-il précisé à l'occasion de la présentation de ses résultats. Gérard Le Fur, responsable de la recherche chez Sanofi-Aventis, a ainsi précisé qu'une rencontre aura lieu le mois prochain avec la FDA pour discuter du médicament. Dès lors, le groupe compte pouvoir commercialiser le médicament durant la seconde moitié de l'année, plutôt qu'au deuxième trimestre comme précédemment envisagé.

La Bourse de Paris ne semble pas trop émue par ces annonces. Le titre grignote 0,55% à 72,50 euros à la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :