Bush s'engage à réduire la dépendance des Etats-Unis au pétrole

 |   |  399  mots
Dans son discours sur l'état de l'Union, le président américain a dressé les grandes lignes d'une politique énergétique visant à réduire la consommation de pétrole et à développer les énergies encore alternatives aux Etats-Unis comme le nucléaire et l'éthanol.

En chute dans les sondages, George W. Bush a tenté de reprendre la main hier soir en présentant le traditionnel discours sur l'Etat de l'Union devant le Congrès. Au cours de cette allocution - qui a vocation à dresser les grandes lignes de la future politique gouvernementale - l'hôte de la Maison-Blanche s'est longuement exprimé sur l'énergie. Il a fixé comme objectif aux Etats-Unis de réduire leurs importations de pétrole du Moyen-Orient de 75% d'ici 2025, en développant les sources d'énergies alternatives et le nucléaire.

" Nous avons un grave problème: l'Amérique est trop dépendante du pétrole qui vient souvent de régions instables du monde ", a affirmé George W. Bush qui a annoncé l'augmentation de 22% des fonds consacrés à la recherche d'énergies propres, le développement d'une " énergie nucléaire propre et sûre ". Il entend aussi rendre l'éthanol " utilisable et compétitive (dans les automobiles, ndlr) en moins de six ans ".

En matière de budget, le président a réitéré son objectif de réduire le déficit par deux d'ici à 2009. Malgré tout, George W. Bush a engagé le Congrès à rendre permanentes les baisses d'impôts qu'il a votées depuis son arrivée à la Maison-Blanche en 2000. Rappelant que la majorité des " baby-boomers " allaient passer le cap des soixante ans en 2006, le président a annoncé, après l'échec de sa réforme du système public des retraites (la " social security "), la création d'une commission bipartisane sur les budgets sociaux du gouvernement fédéral.

Comme attendu, George W. Bush a également engagé le Congrès à développer les comptes épargnes santé introduits en 2003, de façon à ce que les travailleurs indépendants et les salariés des PME " bénéficient des mêmes droits que ceux qui travaillent dans de grandes entreprises ". Enfin, le président a annoncé le lancement d'une " initiative américaine pour la compétitivité " visant à développer l'étude des sciences dans les écoles américaines. Il a par ailleurs demandé aux parlementaires de pérenniser les réductions d'impôts qu'ils ont votées en faveur de la recherche et du développement. Afin de développer ces thèmes qu'il s'est contenté de survoler pendant son discours, l'équipe présidentielle a prévu de nouvelles allocutions dans les prochains jours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :