Malgré des turbulences boursières, la Société Générale réalise un excellent semestre

 |   |  824  mots
La Société Générale réalise un premier semestre époustouflant. La banque a réalisé un produit net bancaire de 11,48 milliards d'euros, en progression de 24,8% sur les six premiers mois de l'année. La collecte nette s'élève à 25,7 milliards d'euros, soit un rythme de collecte annualisé de 13%, ce qui porte les encours d'actifs sous gestion à 397 milliards d'euros à fin juin 2006. Le résultat d'exploitation s'envole de 33,3% sur le semestre. Au niveau de l'activité, les produits nets bancaires sont en progression de 22,3% en données constantes sur le semestre à 11,5 milliards. Pour ce qui est du bénéfice net par action, il s'adjuge 26,1% par rapport à l'an dernier à 6,76 euros. Le ROE (rentabilité des fonds propres) du groupe s'élève à 27,9% contre 25,9% un an auparavant. Le second trimestre est également assez exceptionnel. En effet, Le groupe bancaire français a dégagé un bénéfice net en progression de 37,9% au deuxième trimestre, sa banque de financement et d'investissement, avec un résultat en hausse de 70,2%, a su retourner à son profit la volatilité accrue des marchés financiers. Le produit net bancaire s'inscrit en hausse de 28,1% à 5,709 milliards (4,455 milliards l'an passé), une performance résultant presque intégralement de la croissance organique puisqu'à données constantes, le PNB progresse de 26,6%. A 1,320 milliard d'euros, contre 957 millions il y a un an, le bénéfice net dépasse le consensus des analystes établi par JCF Factset à 1,273 milliard. Les frais généraux ont cru de 20,4% à 3,489 milliards d'euros ce qui reste inférieur à la progression des revenus. Le ROE du groupe après impôts est en nette augmentation, à 25,7% contre 22,2% au second trimestre 2005. "Le deuxième trimestre 2006 a été marqué par une correction des marchés boursiers intervenue mi-mai, notamment dans les pays émergents, et par une forte augmentation de la volatilité. Pour autant, l'environnement économique et financier, certes contrasté, est resté globalement favorable aux activités du groupe: activité économique soutenue aux Etats-Unis et en Europe ; montée des taux d'intérêt long terme en Europe ; l'oscillation du dollar, la hausse des cours du pétrole et la forte volatilité des marchés actions n'ont que peu perturbé l'activité du groupe. L'environnement de risque de crédit est resté très favorable", a expliqué le groupe dans un communiqué.L'environnement de crédit reste favorable, si bien que pour le onzième trimestre consécutif, la charge du risque s'établit à un très faible niveau, soit 21 points de base des encours pondérés. Pour le neuvième trimestre consécutif, la banque de financement et d'investissement (BFI) enregistre même une reprise nette de provisions, qui s'élève ce trimestre à 35 millions d'euros. Elle réalise selon la banque un "excellent trimestre" avec un bénéfice net en progression de 70,2% à 589 millions d'euros et un ROE de 48,4%. Au sein du pôle BFI, l'activité "financement et taux" voit ses revenus grimper de 65% par rapport au second trimestre 2005 qui constituait "un point bas", selon la banque. La Société Générale fait ainsi mieux que sa concurrente BNP Paribas, pénalisée par des achats de protection. Sans surprise, dans un contexte de flambée des prix du pétrole, les résultats des dérivés sur matières premières ont été "exceptionnels", selon le communiqué. La branche "actions et conseil" quant à elle a été marqué par une activité commerciale soutenue des dérivés actions, où la banque est réputée exceller sur le plan mondial. Elle progresse de 34% sur la période. Le pôle gestion d'actifs et services aux investisseurs a dégagé un résultat net en hausse de 26,5% à 148 millions. Enfin, le pôle services financiers enregistre une progression de ses revenus de 20,3%, à 627 millions d'euros. Société Générale note que le rattrapage des marchés émergents se poursuit, "les marges très élevées à l'origine" tendant à "converger graduellement vers des niveaux en ligne avec ceux observés sur les marchés plus matures". Ce trimestre, 70% du PNB de ce pôle a été réalisé à l'international (contre 67% il y a un an) ; 50% des revenus proviennent du crédit à la consommation et 50% des financements et services aux clientèles commerciales.Concernant les réseaux français du groupe -Société Générale et Crédit du Nord-, le résultat net s'accroît fortement, avec une hausse de 56,6% à 354 millions. Les revenus progressent eux de 14,1%, mais seulement de 5,3% hors impact des normes IFRS sur les provisions PEL/CEL. Les réseaux étrangers, l'un des pôles majeurs de croissance du groupe, ont gagné 587.000 clients en un an, soit une progression de 10,7%. Ils se sont développés par croissance organique, avec plus de 300 ouvertures d'agences, principalement en Europe centrale et orientale et près de 3.000 embauches. Le groupe bancaire a également fait l'acquisition de Splitska Banka, quatrième banque croate et de 10% du capital de la deuxième banque russe Rosbank, sur la période.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :