Bruno Chetaille va prendre la tête de Médiamétrie

 |   |  547  mots
Le comité de sélection de Médiamétrie a tranché. Parmi différentes personnalités, il a choisi Bruno Chetaille, actuel président du Conseil de surveillance de Tower Participations, la holding du groupe TDF, le principal diffuseur pour la télévision en France. Il succédera à la présidence de l'institut de mesure d'audience et d'études des médias à Jacqueline Aglietta à compter du 23 décembre prochain. Les membres du conseil d'administration qui ne faisaient pas partie du comité de sélection ont été informés de cette proposition qu'ils ont approuvée. Il ne reste plus qu'à entériner dans les formes cette nomination. Le conseil d'administration se réunira donc prochainement.Bruno Chetaille, 52 ans, l'emporte donc. Plusieurs personnalités ont été régulièrement citées ces derniers temps dans la presse comme candidats potentiels, comme Pierre le Manh, directeur général d'Ipsos Europe, ou encore Marc Tessier, ancien président de France Télévisions. Bruno Chetaille qui est depuis mai dernier, à la présidence de Tower Participations, la holding de TDF, était auparavant à la présidence de TDF depuis 1992, il a également été conseiller technique à la communication à la Présidence de la République dans les années 80. Il va remplacer Jacqueline Aglietta, qui est atteinte par la limite d'âge. Son mandat était arrivé à son terme en juin dernier, mais elle avait obtenu une prolongation jusqu'en décembre prochain, elle aura alors 65 ans. Bruno Chetaille prend le relais de Jacqueline Aglietta qui est une figure emblématique des médias. C'est elle qui a créé Médiamétrie en 1985 et qui a imposé au fil des ans, cette société, devenue une référence en terme de sondages, pour les chaînes de télévisions et les radios. Ces dernières années, avec l'explosion des chaînes de télévision en France, et la montée en puissance d'Internet, Médiamétrie a étendu sa toile pour quantifier ces nouveaux médias. L'institut s'est également développé à l'international. Mais avec la multiplication des acteurs, la mesure d'audience est devenue d'année en année, un sujet explosif. La mesure d'audience attendue chaque matin par les grandes chaînes de télévision est un objet de sanction des nouvelles émissions et des animateurs qui évoluent en permanence sur des siéges éjectables, mais surtout elle conditionne les recettes publicitaires de chaque média. De quoi exacerber les tensions des différents acteurs. Au printemps dernier, Médiamétrie a été critiqué par des médias et des agences de publicité qui lui reprochaient de ne pas être à la pointe dans ses outils d'audience par rapport aux évolutions de ces dernières années. Les chaînes de la TNT, Télévision numérique terrestre, qui représentent encore de faibles audiences veulent faire entendre leur voix. L'initiative du fournisseur d'accès à Internet Free, qui a lancé en septembre 2005, TOP 12, la mesure d'audience des 12 meilleures chaînes de TV sur la Freebox TV en temps réel, directement sur Internet, a jeté de l'huile sur le feu. Bruno Chetaille arrive donc à une période difficile et charnière pour Médiamétrie qui devrait réaliser 43 millions d'euros de chiffre d'affaires cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :