Le NYSE et Euronext prêts à fusionner pour 8 milliards d'euros

 |   |  662  mots
Les termes de la fusion entre la Bourse de New York et Euronext ont été annoncés cette nuit. Le nouveau groupe, baptisé NYSE Euronext, pèsera entre 15 et 20 milliards de dollars de capitalisation boursière.

Le grand marché boursier transatlantique est sur les rails. La Bourse de New York (NYSE) et la Bourse paneuropéenne Euronext, qui regroupe les places de Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne, ont annoncé cette nuit à New York qu'elles s'étaient entendues sur les termes de leur fusion, pour un montant de 9,96 milliards de dollars, soit 7,78 milliards d'euros.

Le New York Stock Exchange avait présenté le 22 mai une offre de rachat qui avait été accueillie favorablement par Euronext. Nyse Euronext sera une société holding de droit américain dont les titres seront cotés en dollars à la Bourse de New York et en euros à Paris. Le siège américain sera à New York et le siège international partagé entre Paris et Amsterdam, avec Londres comme centre pour les activités sur les marchés des produits dérivés. Euronext avait acquis en 2002 le marché londonien des produits dérivés Liffe.

"D'une capitalisation comprise entre 15 et 20 milliards de dollars, NYSE Euronext sera la place boursière la plus liquide au monde, avec des échanges quotidiens compris entre 80 et 100 milliards de dollars et dont la capitalisation boursière des entreprises atteint 27.000 milliards de dollars, soit 21.000 milliards d'euros", indique Euronext dans son communiqué publié ce matin.

Après qu'Euronext a évincé Deutsche Börse, la fusion avec Euronext va également permettre au Nyse de prendre une longueur d'avance sur son concurrent américain Nasdaq qui cherche actuellement à prendre le contrôle du London Stock Exchange (LSE).

Le Nyse et Euronext ont tenu à faire apparaître l'opération comme une fusion entre égaux, cette volonté se reflétant dans l'organigramme de direction de la nouvelle entité. Le président du Conseil d'administration sera Jan Michiel Hessels, actuellement président du Conseil de supervision d'Euronext, alors que l'actuel président du Conseil d'administration du Nyse, Marshall Carter, deviendra vice-président de celui de Nyse Euronext.

John Thain, PDG du Nyse, deviendra celui de Nyse Euronext alors que Jean-Francois Theodore, le PDG d'Euronext, sera PDG adjoint. MM. Thain et Theodore siègeront au conseil d'administration de Nyse Euronext. Celui-ci sera composé de 20 membres dont 11 seront désignés par le Nyse et 9 par Euronext, une procédure de "supermajorité" étant retenue pour certains votes considérés comme "stratégiques", indique le communiqué.

Les activités aux Etats-Unis resteront placées sous la supervision de la Commission des opérations de Bourse américaine (SEC) et celles en Europe dépendront des actuelles autorités de régulations européennes. Les deux parties ont précisé qu'elles entendaient finaliser leur rapprochement d'ici six mois après avoir reçu l'accord des autorités de la concurrence aux Etats-Unis et en Europe. Elles donneront une conférence de presse aujourd'hui à 14h30 au Palais Brongniart.

Selon les termes de l'accord, chaque action du Nyse sera convertie en une action de Nyse/Euronext. Les actionnaires d'Euronext pourront de leur côté échanger chacune de leurs actions contre 0,98 action de Nyse Euronext et 21,32 euros en numéraire. Ils pourront toutefois choisir de ne recevoir que des actions ou que du numéraire au prorata de ce qu'ils détiennent actuellement. Euronext paiera aussi à ses actionnaires un dividende exceptionnel de 3 euros par action.

Par ailleurs, en parallèle de cette fusion, la Bourse italienne Borsa Italiana a annoncé qu'elle avait entamé vendredi des discussions avec Euronext en vue de conclure une éventuelle alliance.

Vendredi, à la clôture, l'action Euronext gagne 3,27% à 71,15 euros, à Paris. Le titre ne progresse pas beaucoup, alors que certains analystes estiment l'offre du Nyse peu généreuse. L'offre équivaut en effet à un prix de 70 euros, soit "une prime limitée" qui "n'est pas très généreuse", selon une note de Cyril Meilland, analyste de CA Cheuvreux. "L'offre a été approuvée par la direction des deux sociétés, mais elle devrait être entérinée par les actionnaires d'Euronext et une assemblée extraordinaire devrait bientôt être convoquée", a ajouté l'analyste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :