La banque publique allemande renfloue les caisses d'IKB

La banque publique allemande KfW essaie de sauver IKB en renflouant la banque de 2,5 milliards d'euros. Les pertes d'IKB dûes au subprime pourraient néanmoins dépasser les 8 milliards d'euros.

La banque publique allemande KfW (Kreditanstalt für Wiederaufbau), équivalent de la Caisse des dépôts et consignations française, vient au secours de la première victime déclarée outre-Rhin du subprime, la crise des crédits immobiliers à risque américains. Premier actionnaire d'IKB avec 38 % du capital, KfW, a annoncé qu'elle avait renfloué sa filiale à hauteur de 2,5 milliards d'euros afin de couvrir les éventuelles pertes liées à son exposition à la crise du crédit immobilier américain.

IKB, la petite banque semi-publique spécialisée dans le crédit aux PME, est entrée dans la tourmente du subprime il y a deux semaines. Elle avait émis, le 31 juillet dernier, un avertissement spectaculaire sur ses résultats, en raison de l'un de ses fonds exposés au marché américain du crédit immobilier à risque. L'annonce avait alors fait plonger la plupart des valeurs financières européennes.

La semaine dernière, l'actionnaire de référence d'IKB avait estimé l'exposition de la banque industrielle allemande sur le subprime à plus de 8 milliards d'euros. Les résultats, dont la publication était prévue pour mi-août, ne seront connus que fin septembre.

La Bourse de Francfort n'a pas été rassurée par cette annonce puisque le titre continue de chuter. L'action IKB recule de 6,05 %, à 13,04 euros en milieu de journée. Depuis son avertissement sur résultat, elle a perdu 27,78 %.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.