Le Portugal réduit son déficit public plus vite que prévu

 |   |  332  mots
Le déficit public portugais ne s'est élevé qu'à 3,9% du PIB en 2006, contre 4,6% initialement prévu par le gouvernement. Bruxelles invite Lisbonne à poursuivre l'effort.

Le Portugal rentre petit à petit dans les clous du Pacte de stabilité de l'euro qui exige un déficit public maximum de 3% de la richesse nationale (PIB). L'an dernier, le solde négatif des comptes publics s'est élevé à 3,9%, taux nettement inférieur aux 4,6% prévus par le gouvernement.

En 2005, le Portugal avait enregistré un déficit public correspondant à 6% de son PIB, soit le double du seuil de 3%. Pour 2007, Lisbonne prévoit de ramener son déficit public à 3,7%, puis à 2,6% en 2008. Par ailleurs, le taux d'endettement, situé à 67,4 % de la richesse nationale en 2006, semble se rapprocher suffisamment de la valeur de référence, soit 60%.

Le Portugal a présenté un nouveau programme de stabilité pour la période 2006-2010 le 15 décembre 2006. Ce programme vise à corriger le déficit excessif en 2008 au plus tard, conformément à la recommandation du Conseil Ecofin (ministres de l'Economie et des Finances), grâce à des mesures structurelles inscrites dans un cadre à moyen terme. Après la correction prévue du déficit excessif, le programme prévoit un ajustement conforme au pacte.

Mais la Commission européenne estime que, compte tenu des risques qui pèsent sur les objectifs budgétaires, la position budgétaire portugaise ne semble pas permettre de dégager une marge de sécurité suffisante pour éviter que le déficit dépasse le seuil de 3 % jusqu'à la fin de la période de programmation. Bref, un risque élevé continue de peser sur la viabilité des finances publiques du pays à long terme.

La Commission invite donc Lisbonne à "appliquer rigoureusement les mesures structurelles envisagées", notamment à poursuivre la réforme en cours de l'administration publique et, face au niveau de la dette et à l'augmentation attendue des dépenses liées au vieillissement de la population, à améliorer la viabilité à long terme des finances publiques dans le domaine des retraites. Mais ces réformes douloureuses provoquent un fort mécontentement dans le pays. Début mars, près de 100.000 Portugais ont manifesté dans les rues de Lisbonne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :