Norsk Hydro : démission du président liée au plan de stock-option

 |   |  423  mots
Le président du conseil d'administration de Norsk Hydro Jan Reinaas a démissionné dimanche en raison d'une polémique suscitée par le programme de stock-options du groupe industriel norvégien.

Le président du conseil d'administration du conglomérat norvégien Norsk Hydro, conglomérat présent dans le pétrole et le secteur de l'aluminium), Jan Reinaas, a annoncé dimanche sa démission immédiate, sur fond de polémique entourant le programme de stock-options de la société.

"M. Reinaas a indiqué avoir pris sa décision après des réunions avec le principal actionnaire, représenté par le ministre de l'Industrie et du Commerce Dag Terje Andersen, au cours du week-end", selon un communiqué.
Norsk Hydro, un groupe qui se concentre sur l'aluminium après la fusion de son activité pétrole avec son compatriote Statoil, est détenu à 43,8% par l'Etat norvégien, son actionnaire principal. "Le représentant du gouvernement a clairement fait savoir que mon départ était une condition pour qu'il contribue à l'aboutissement de la discussion sur la gestion par le conseil d'administration de la fin du programme de stock-options", de Norsk Hydro, a expliqué Jan Reinaas, ajoutant avoir perçu cela comme "des pressions d'un actionnaire".

Fin juillet, Norsk Hydro a annoncé qu'il mettait fin à son programme de stock-options conformément aux directives de l'Etat norvégien, ce qui doit permettre à 35 dirigeants du groupe d'empocher plus de 26 millions d'euros. A lui seul, le directeur général de Norsk Hydro, Eivind Reiten, recevra près de 28 millions de couronnes (3,5 millions d'euros) au titre des stock-options reçues entre 2003 et 2006. La décision de mettre un terme à ce programme fait suite à une directive publiée en décembre dernier par l'Etat norvégien sur la question. "Les stock-options et autres programmes assimilables ne doivent pas être utilisés dans les entreprises dans lesquelles l'Etat détient une part", y est-il écrit.

Cependant, l'annonce de Norsk Hydro fait l'objet d'un débat. Selon les critiques, les montants en question sont abusifs et non conformes aux statuts du groupe. De plus, il est reproché au conseil d'administration de ne pas avoir suffisamment informé les actionnaires de Norsk Hydro sur ses intentions. Le conseil d'administration a également prévu qu'avec la fin du programme de stock-options, les dirigeants de Norsk Hydro ne percevront plus qu'un salaire fixe ainsi qu'un bonus "qui ne pourra excéder 50% de leur rémunération annuelle", a précisé le groupe dans son communiqué.

Parallèlement, le conseil d'administration a décidé d'augmenter de 21,7% le salaire annuel du directeur général Eivind Reiten, de 4,6 à 5,6 millions de couronnes. Ce dernier a perçu de surcroît l'an dernier un bonus de 1,3 million de couronnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :