La Bourse de Tokyo confirme son rebond (+0,90%)

L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé la séance de ce mardi en nette hausse à 17.163,20 points. Le comité de politique monétaire de la Banque du Japon (BoJ) a décidé à l'unanimité de laisser inchangé à 0,50% son principal taux directeur.

Poursuivant sur sa lancée de lundi, l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé la séance de ce mardi en nette hausse de 0,90%, encouragée par les gains réalisés la veille à Wall Street (+,0,96% à 12226,17 points pour le Dow Jones) et par la rechute du yen face au dollar.

Le Nikkei 225, moyenne non pondérée des valeurs vedettes, a gagné en clôture 153,65 points (+0,90%) à 17.163,20 points. L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pour sa part progressé de 14,21 points (+0,84%) à 1.708,29 points.

"Les gains sur le marché ont été aidés par les hausses sur les marchés américains et par l'affaiblissement de la devise japonaise, alors que le dollar plâne tout en haut du niveau des 117 yens", a expliqué à l'Agence France Presse (AFP) Fumiyuki Nakanishi, stratège en chef chez SMBC Friend Securities.

Un peu avant la clôture de Tokyo, le comité de politique monétaire de la Banque du Japon (BoJ) avait décidé à l'unanimité de laisser inchangé à 0,50% son principal taux directeur. Une nouvelle attendue par les marchés, à quelques jours de la publication le 30 mars des chiffres de l'inflation pour février qui risquent de s'avérer négatifs en raison de la baisse des cours du pétrole, l'unique facteur qui soutenait jusqu'à présent la hausse des prix au Japon.

Au terme de sa dernière réunion, le 21 février, la Banque du Japon avait relevé les taux d'intérêt à 0,50% à la majorité de huit voix contre une, portant le loyer de l'argent au Japon à son plus haut niveau depuis 1998.Elle avait jugé que la vigueur retrouvée de la croissance économique et les perspectives d'inflation à long terme justifiaient un resserrement monétaire. Le gouverneur de la BoJ Toshihiko Fukui avait par ailleurs insisté par la suite sur la nécessité de "normaliser" autant que possible le loyer de l'argent au Japon, qui reste le plus bas du monde industrialisé.

Mais l'institut d'émission avait dans le même temps averti que l'évolution des prix à la consommation risquait d'être "proche de zéro" sur le court terme en raison de la baisse des prix du pétrole. La plupart des observateurs en ont déduit qu'un nouveau resserrement monétaire au Japon est improbable avant, au moins, l'été prochain.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.