Fébrilité sur les Bourses asiatiques après le recul de Wall Street

 |   |  354  mots
L'annonce d'un apport de 7,5 milliards de dollars chez Citi a permis à Tokyo de revenir légèrement dans le vert à la clôture. Mais Hong Kong et Shanghaï ont baissé dans le sillage de Wall Street lundi soir qui a encore abandonné un large terrain, rattrapée une fois encore par la crise sur le marché du subprime.

Les valeurs japonaises ont fini en hausse mardi, grâce à l'annonce de l'entrée de l'émirat d'Abou Dhabi au capital du géant bancaire américain Citigroup. L'indice Nikkei a gagné 0,58% ou 87,64 points à 15.222,85 points, tandis que l'indice Topix, plus large, prenait 0,8% ou 11,75 points, à 1.478,78 points. Les investisseurs en Asie ont apprécié que La Abu Dhabi Investment Authority (ADIA) débourse 7,5 milliards de dollars pour entrer au capital de la première banque américaine, l'une des plus fortement touchées par la crise du crédit immobilier à risque subprime et par la crise du crédit.

Avant cette annonce, la tendance à Tokyo était bien plus mauvaise puisque l'indice Nikkei a connu de très brusques variations au cours de la séance, perdant jusqu'à 2,20% le matin et gagnant jusqu'à 1,17% dans l'après-midi. L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a lui aussi fortement oscillé. Le pessimisme a d'abord prévalu sur le marché, après la clôture en forte baisse de Wall Street lundi (le Dow Jones a abandonné 1,83% tandis que le Nasdaq cédait 2,14%) et l'annonce par la banque britannique HSBC qu'elle allait injecter 35 milliards de dollars dans deux de ses véhicules d'investissement structurés (SIV), des fonds qui ont particulièrement souffert de la crise du crédit immobilier "subprime" depuis cet été.

A Hong Kong, la Bourse a finalement clôturé sur une baisse de 1,5% mardi à 27.210,21 points après avoi perdu 3,3% dans les premiers échanges, déprimée par la forte baisse de Wall Street la veille dans un contexte d'inquiétudes économiques et d'effondrement du secteur immobilier. Il a réduit une partie de ses pertes dans le sillage du rebond de la Bourse de Tokyo. A Hong Kong, la valeur vedette HSBC cédait 2,32% à 130,40 HKD à la mi-séance après avoir annoncé qu'elle restructurerait ses deux SIV Cullinan Finance et Asscher en y injectant 35 milliards de dollars, afin de leur éviter la débâcle qui en a frappé d'autres depuis la crise financière.

Enfin, la Bourse de Shanghaï a fini en forte baisse mardi, l'indice composite ayant perdu 1,97% à 4.861,11 à la clôture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :