Renault vise en 2009 son niveau de ventes d'il y a dix ans

 |   |  515  mots
Selon Patrick Pelata, directeur général adjoint de Renault, le constructeur vise 2 millions de véhicules vendus en Europe d'ici deux ans, soit le niveau de ventes du groupe en 1999. Pour parvenir à cet objectif, Renault table sur le renouvellement de sa gamme, l'arrivée de la Logan, ainsi que le lancement de nouveaux modèles.

Le constructeur automobile Renault veut retrouver en Europe en 2009 le niveau de ventes qu'il avait dix ans auparavant avec "une compétitivité raisonnable", selon les propos de Patrick Pelata, directeur adjoint de Renault, rapportés par l'Agence France Presse (AFP) après une réunion avec la presse.

En 2009 en Europe, "on a prévu de revenir à peu près aux niveaux qu'on avait en 1999 et 2001", soit "à peu près 2 millions de véhicules" vendus, a déclaré Patrick Pelata "Par rapport à 2005, ça fait une hausse entre 200.000 et 250.000" véhicules" précise-t-il. Renault veut "retrouver en Europe une compétitivité raisonnable" et "le faire sainement, avec des profits", ajoute encore le directeur général adjoint.

Pour parvenir à cet objectif, Renault table sur le renouvellement de sa gamme, l'arrivée de la Logan de sa filiale roumaine Dacia, ainsi que le lancement de nouveaux modèles. Plus généralement, le directeur général adjoint a souligné que pour atteindre l'objectif affiché dans le plan Renault Contrat 2009 de vendre dans le monde entier 800.000 véhicules de plus en 2009 qu'en 2005, "il faut une très forte croissance à l'international". "Renault était en retard et doit rattraper ce retard", avec comme "atout, la Logan et les nouvelles voitures sur la plate-forme de la Logan", a-t-il expliqué. Patrick Pelata a rappelé que sur les six dernières années, les marchés matures (Europe de l'Ouest, Amérique du nord et Japon) ont reculé d'un million de véhicules tandis que le reste du monde progressait de dix millions.

Il a par ailleurs indiqué qu'en Iran, "la montée en cadence est plus lente que prévu" pour la production de Logan. Alors que 89.000 commandes ont été enregistrées durant une seule semaine de commercialisation, les livraisons s'élèvent à quelques milliers de voitures. 450 Logan ont été produites la semaine dernière en Iran, mais "la cadence future, ce sera plutôt dix fois plus, dans un temps le plus bref possible", selon Patrick Pelata. Toutefois, "la montée en cadence est gênée parce qu'un certain nombre de fournisseurs ont du mal à trouver les bonnes matières" et aussi pour des "problèmes de liquidités" qui gênent les petites entreprises.

Patrick Pelata a aussi redit que la Chine faisait partie des projets du groupe. "La seule question c'est quand" y aller, a-t-il expliqué, en ajoutant que "si on y va, il faut y aller avec le meilleur de nos ressources" et que Renault a "quasiment en permanence un projet" pour la Chine. Le directeur général adjoint a également souligné que Renault ne veut "pas lâcher pied" au Japon, où il vend quelque 3.000 voitures par an. Mais il n'y vend que "des voitures pour des élites", car le niveau du yen ne permet de vendre des voitures dans le bas de la gamme.

Patrick Pelata a enfin réaffirmé l'objectif de Renault de se développer dans le haut de gamme, les véhicules au-dessus de 27.000 euros, dont il veut doubler les ventes dans le monde entre 2005 et 2010, les faisant passer de 100.000 à 200.000.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :