Rumeurs et appétits autour du capital d'Areva

Le Commissariat à l'énergie atomique aurait, selon des sources syndicales, décidé de céder une partie de sa participation détenue dans Areva. Une information démentie par le CEA. Par ailleurs, Siemens, partenaire d'Areva indique vouloir investir plusieurs milliards dans le groupe nucléaire français.

Selon des sources syndicales, le CEA, Commissariat à l'énergie atomique, s'est prononcé ce mercredi en faveur de la vente de 30% de ses 79% dans le groupe public Areva pour financer le démantèlement de ses anciennes installations nucléaires civiles et militaires.

L'administrateur général du CEA, Alain Bugat, l'aurait indiqué devant le comité national (équivalent d'un comité central d'entreprise) de l'organisme public. Ce souhait avait déjà été évoqué dans le passé. Bercy indique n'avoir aucun calendrier en la matière.

En fin de soirée jeudi, la direction du Commissariat à l'énergie atomique a apporté "un démenti formel" aux informations selon lesquelles celui-ci serait prêt à vendre 30% de ses actions dans Areva, selon un communiqué publié. "La direction du CEA apporte un démenti formel" à ces informations, indique le communiqué, ajoutant que les chiffres avancés "ne correspondent absolument pas à la réalité des informations présentées". "Conformément au décret du 21 décembre 1983, le CEA doit conserver la majorité du capital d'Areva", affirme le communiqué.

Une telle déclaration va tout de même alimenter les rumeurs sur l'avenir du champion français du nucléaire à l'heure où l'Elysée a lancé une étude, avec comme conseil la banque britannique HSBC et le cabinet américain McKinsey, sur l'avenir de la filière.

Un des scénarios évoqués consiste à un mariage entre Areva et Alstom sous l'égide de l'actionnaire de ce dernier (à 30%) le groupe Bouygues qui avait par le passé manifesté son intérêt en faveur d'Areva le jour où son capital s'ouvrirait. Mais les avis divergent sur l'intérêt d'un tel schéma. Invité jeudi matin au Forum Gazelec 2007, le président du conseil de surveillance d'Areva, Frédéric Lemoine n'a pas caché que la stratégie de développement du groupe pour les années à venir nécessitait des fonds supplémentaires. Une ouverture du capital pourrait y répondre au moins en partie. Outre le CEA, le capital d'Areva compte aussi l'Etat en direct pour 5,2%, les porteurs de certificats d'investissement, titres cotés en Bourse mais sans droits de vote (pour 4%), la Caisse des dépôts et consignations pour 3,6%, le holding public Erap pour 3,2%, EDF pour 2,4%, Total pour 1%, le Crédit Agricole (via sa banque d'investissement Calyon) pour 0,9% et les salariés pour 0,7%.

Autre intervenant dans le dossier Areva, l'allemand Siemens qui est présent à 34% dans Areva NP, la filiale de réacteurs du groupe. Siemens est "prêt à monter plus haut dans Areva NP. S'il faut dépenser quelques milliards d'euros, on est capable de le faire", déclare Philippe Carli, président de Siemens France dans le quotidien "Les Echos". Quant à la possibilité d'investir dans le capital du groupe Areva lui-même, M. Carli répond qu'"il ne s'agit pas de notre scénario privilégié et surtout, nous le ferions en tant qu'investisseur industriel et non financier".

Enfin, le groupe d'énergie et d'environnement Suez n'est "pas du tout intéressé par prendre une part" dans le capital du groupe nucléaire Areva, en cas de refonte de ce dernier, selon son PDG, Gérard Mestrallet. "Nous ne sommes pas un fabricant" de réacteurs nucléaires, a expliqué le patron de Suez, qui entend se développer dans le nucléaire en tant qu'investisseur mais aussi vendeur d'électricité.

Il a en revanche répété que d'ici 2020 Suez souhaitait être co-propriétaire et exploitant de centrales nucléaires de troisième génération, et qu'une décision serait prise sur le lieu de l'investissement "après la fusion" de Suez avec Gaz de France, prévue au cours du premier semestre 2008.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.