Jean-Claude Trichet très satisfait du dialogue entre la BCE et les gouvernements

 |   |  406  mots
En réponse aux récentes critiques de la France, Jean-Claude Trichet a déclaré que le dialogue entre son institution et l'exécutif européen était "très bien organisé". Il estime par ailleurs que les monnaies des pays asiatiques doivent être plus flexibles.

Pas question de céder d'un iota. Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Jean-Claude Trichet a estimé ce vendredi que le dialogue entre son institution et l'exécutif européen est "très bien organisé", interrogé sur Europe 1." Nous avons un dialogue qui a été très, très bien organisé", a-t-il dit, ajoutant qu'il voyait "l'exécutif européen trois fois par mois", allusion aux récentes déclarations françaises en faveur d'un plus grand dialogue entre les gouvernements de la zone euro et la banque centrale.

Prenant le relais de Nicolas Sarkozy sur ce terrain, le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Jean-Pierre Jouyet a en effet tenté cette semaine d'accroître le rôle des gouvernements dans la politique monétaire de la BCE. Le secrétaire d'état, a jugé que la zone euro devait pouvoir "parler des changes avec la BCE" et "réagir" à d'éventuels déséquilibres.

Par ailleurs, Jean-Claude Trichet, estime que la "monnaie chinoise et l'ensemble des monnaies asiatiques des pays émergents en Asie doivent être plus flexibles et plus souples". Ces monnaies "doivent pouvoir s'apprécier lorsque les marchés les (y) poussent", a-t-il ajouté, en réponse à une question sur le niveau élevé de l'euro, laissant ainsi entendre que selon lui la monnaie européenne n'est pas surévaluée mais que certaines monnaies asiatiques sont artificiellement sous-évaluées.

Il a précisé que cette position était commune aux Américains et aux Européens. De fait, le secrétaire américain au Trésor Henry Paulson a rendu cette semaine une ènième visite en Chine où ce partisan du dialogue, et non des sanctions, a tenté de persuader qu'un yuan (la monnaie chinoise) à sa juste valeur serait dans les intérêts du géant asiatique.

Jean-Claude Trichet a également répété qu'il avait constaté "avec beaucoup d'intérêt que les autorités américaines disent qu'un dollar fort est dans l'intérêt des Etats-Unis" et que "les autorités japonaises ont dit et répété que les marchés devraient mieux prendre en compte que l'économie japonaise va mieux". Un message déjà formulé à l'occasion des dernières réunions du G7 Finances. La monnaie unique a enregistré la semaine dernière un nouveau record historique face au billet vert, à 1,3852 dollar. Elle s'est depuis un peu repliée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :