Schneider Electric rassure et révise à la hausse ses prévisions de croissance

Le groupe de matériel électrique révise en hausse sa prévision de croissance organique du chiffre d'affaires pour 2007 après avoir annoncé une hausse de ses ventes de 13,8% pour le troisième trimestre à 4,468 milliards d'euros. Il table désormais sur une croissance de 13% pour l'ensemble de l'année. La Bourse applaudit: le titre gagne plus de 5% dans les premières transactions.

Les marchés sont rassurés par les performances solides annoncées ce mardi matin par Schneider. Les ventes du numéro un français de la construction électrique et des automatismes ont en effet progressé au troisième trimestre de 28,4% en données courantes et de 13,8% en croissance organique, à 4,468 milliards d'euros. C'est nettement mieux que prévu par les analystes interrogés par Reuters qui attendaient un chiffre d'affaires de 4,3 milliards.

Dans un avis financier, Schneider indique qu'il visait désormais une croissance organique de 13% en 2007. Début août, il avait déjà relevé son objectif pour l'exercice à plus de 10% contre 8% auparavant. Jean-Pascal Tricoire, le président du directoire, avait précisé tabler sur un niveau de croissance organique "autour de 11%" en 2007.
Le groupe n'a en revanche pas donné d'indication sur sa prévision d'une marge d'Ebita (marge d'exploitation) comprise entre 13% et 15% pour la période 2007-2008, sur une base pro forma 2006 incluant American Power Construction (APC) (soit un Ebita de 13,7%). Sur la même période, il vise une croissance organique supérieure à 6%.

"Les positions uniques acquises dans des activités en croissance structurelle, ainsi qu'un redéploiement ciblé sur des marchés prometteurs, nous rendent confiants dans la capacité du groupe à générer une croissance solide et durable de son chiffre d'affaires", déclare Jean-Pascal Tricoire, cité dans l'avis.

Le groupe attribue sa croissance organique trimestrielle à "la forte demande en efficacité énergétique, en énergie sécurisée et aux investissements dans les infrastructures (extraction et transformation des matières premières, traitement de l'eau, transports, centres de données...)". Par zones géographiques, ses ventes ont crû de 14,7% en Asie-Pacifique, 13,1% en Amérique du Nord, 12,2% en Europe et 22,6% dans le reste du monde.

Evoquant le marché nord-américain, Jean-Pascal Tricoire indique avoir bénéficié d'une "dynamique favorable de l'ensemble des marchés finaux, à l'exception du résidentiel". Schneider avait été chahuté en Bourse en août et en septembre après avoir exprimé son inquiétude concernant l'économie américaine, où il a réalisé en 2006 27% de son chiffre d'affaires.

Les acquisitions -principalement American Power Construction (consolidé depuis le 15 février)- ont contribué à hauteur de 592 millions d'euros (+17%) au chiffre d'affaires du trimestre. L'effet de change a pour sa part été négatif de 73 millions d'euros (-2,4%).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.