L'Europe annonce de grands projets de transports pour plus de 5 milliards d'euros

 |   |  544  mots
C'est le transport ferroviaire (plus écologique en théorie que la route ou l'avion) qui obtient le plus gros de cette enveloppe avec un total de 3,934 milliards, notamment pour la ligne Berlin -Vérone / Milan - Bologne - Naples - Messine - Palerme ou pour le Lyon-Turin qui doit être prolongé vers la Hongrie et la Slovénie.

La Commission européenne a annoncé aux pays membres de l'UE la répartition d'un budget de plus de 5 milliards d'euros entre les trente grands projets de transport prioritaires traversant l'Europe, qui doit faire l'objet mercredi d'une présentation aux eurodéputés. Ces fonds sont inscrits dans le budget 2007-2013 de l'Union européenne.

C'est le transport ferroviaire (plus écologique en théorie que la route ou l'avion) qui obtient le plus gros de cette enveloppe avec un total de 3,934 milliards, notamment pour la ligne Berlin -Vérone / Milan - Bologne - Naples - Messine - Palerme et ses 960,11 millions d'euros (dont des tunnels sous les Alpes), censée alléger le trafic des camions dans cette zone à l'horizon 2022.

L'enveloppe concerne aussi le fameux axe ferroviaire Lyon-Turin, qui doit être prolongé vers la Slovénie et la Hongrie (Trieste-Divaca-Ljubljana-Budapest), puis jusqu'à la frontière ukrainienne, pour un total de 754,50 millions d'euros (dont 671,8 millions pour le tunnel alpin entre la France et l'Italie). Le tronçon Trieste-Divaca (en Slovénie) obtient 50,70 millions d'euros.

Autre gros morceau : des lignes TGV au sud-ouest de l'Europe (deux branches entre la France et l'Espagne, une entre l'Espagne et le Portugal) pour 671,8 millions d'euros avec treize tronçons dont Nîmes-Montpellier pour 56,2 millions, Perpignan-Figueres (69,7 millions), Dax-Vitoria (60 millions) ou encore une liaison Espagne-Portugal Evora-Merida pour 312,6 millions. Une ligne à grande vitesse est spécifiquement prévu pour assurer l'interopérabilité entre l'Espagne et le Portugal. Montant : 266,9 millions d'euros.

La prolongation du TGV Est européen n'est pas oubliée avec un grand axe Paris-Strasbourg-Stuttgart-Vienne -Bratislava pour 438,34 millions d'euros (une section en France, quatre en Allemagne et deux en Autriche).

Un réseau ferroviaire Lyon/Gênes-Bâle-Duisbourg-Rotterdam/Anvers est également prévu pour 403,61 millions d'euros. Il comprend une ligne TGV Rhin-Rhône entre Lyon et Mulhouse, ne passant pas par Paris ou ses environs (une première en France) avec 198 millions d'euros. L'Allemagne obtient, elle, 94,50 millions un tronçon entre Karlsruhe et la suisse de Bâle.

Les récents pays entrés dans l'Union européenne ne sont pas oubliés avec le projet "Rail Baltica" reliant la Pologne, la Lituanie, la Lettonie, l'Estonie, ainsi que la Finlande (par ferries) qui obtient 124 millions d'euros.

A la frontière du ferroviaire et du routier, on trouve le financement de 374,29 millions d'euros pour le projet du détroit de Fehmarn entre l'Allemagne et le Danemark (Hambourg-Copenhague) ainsi que celui du "triangle nordique" (Suède et Finlande) pour 155,49 millions.

Le fluvial va recevoir une part du gâteau avec 420,19 millions d'euros pour le canal à grand gabarit Seine-Nord qui Idoit permettre de relier le réseau fluvial de la région parisienne aux canaux et grands ports du nord de l'Europe comme Anvers et Rotterdam. 190,2 millions sont également programmés pour l'axe fluvial Rhin/Meuse - Main - Danube, qui part de Rotterdam pour aller jusqu'en Roumanie et sur la Mer noire.

L'axe ferroviaire et routier du "triangle nordique" (Suède et Finlande) est prévu à hauteur de 155,49 millions d'euros. Le projet "Rail Baltica" reliant la Pologne, la Lituanie, la Lettonie, l'Estonie, ainsi que la Finlande (par ferries) est prévu pour 124 millions d'euros. Il doit résoudre le problème de systèmes de rails différents et des questions environnementales en Pologne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :