La croissance plus faible de l'économie américaine pousse l'euro vers des sommets face au dollar

La Réserve fédérale américaine voit désormais les Etats-Unis croître de moins de 2% en 2008, un rythme très inférieur aux précédentes estimations. Ces nouvelles ont fragilisé le dollar par rapport à l'euro qui a franchi pour la première fois mardi la barre des 1,48 dollar.

La Réserve fédérale américaine voit désormais les Etats-Unis croître de moins de 2% en 2008, un rythme très inférieur au potentiel de la première économie du monde, qui semble durablement ralentie par la faiblesse du marché immobilier et la crise du crédit.

Ces nouvelles ont encore un peu plus fragilisé le dollar face à l'euro. La monnaie européenne a franchi mardi pour la première fois le seuil de 1,48 dollar. Ce mercredi matin, l'euro s'est hissé jusqu'à 1,4855 dollar, nouveau record depuis sa création en 1999.

La Fed a baissé mardi "de façon notable" ses prévisions de croissance de l'économie américaine, désormais attendue entre 1,8% et 2,5% en 2008, et fait part de ses inquiétudes, nouvelles, en matière d'emploi. Selon la banque centrale américaine, qui présentait pour la première fois ses prévisions sur une base trimestrielle, le produit intérieur brut (PIB) devrait croître entre 2,4% et 2,5% en 2007, un rythme situé dans le haut de la fourchette communiqué en juillet (2,25%-2,5%), mais ralentir entre 1,8% et 2,5% en 2008, soit bien moins qu'anticipé jusqu'alors (de 2,5% à 2,75%).

Cette révision s'explique aussi par la hausse des prix du pétrole. La Réserve fédérale confirme en tous cas avec ses nouvelles prévisions son scénario d'un atterrissage en douceur de l'économie américaine. "Plus tard, la production devrait connaître une expansion suivant un rythme proche de sa tendance à long terme", a-t-elle ajouté. La croissance devrait ainsi connaître des progressions comprises entre 2,3% et 2,7% en 2009, puis entre 2,5% et 2,6%, en 2010, tout en restant nettement au dessous de son rythme des dernières années.

Le document des minutes de la Fed publié mardi témoigne d'une baisse des inquiétudes sur l'inflation et une montée de ses préoccupations sur le chômage. "Le taux de chômage va augmenter modestement", pronostique ainsi la banque centrale. En 2007, il devrait se situer dans une fourchette de 4,7% à 4,8% de la population active, soit plus que les 4,5% à 4,75% attendus jusqu'alors, tandis qu'en 2008, ce taux devrait monter entre 4,8% et 4,9%.

Du côté de l'inflation, la banque centrale s'est montré rassurante, révisant à la baisse ses prévisions antérieures. La hausse des prix sous-jacente, hors prix de l'énergie et de l'alimentation, devrait s'établir entre 1,8% et 1,9%, en 2007, contre 2%-2,25% attendu jusqu'alors et entre 1,7% et 1,9% l'an prochain, soit moins que les 1,75%-2% prévus.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.