Bayrou se prononce pour une retraite à la carte

Le candidat UDF à la présidentielle veut organiser une grande réforme du système des retraites, soumise à référendum. Parmi ses idées figure la possibilité pour chacun de choisir le moment de sa retraite en fonction de sa situation personnelle.

Pouvoir choisir librement l'âge du départ à la retraite, en fonction du montant que l'on désire obtenir: c'est l'idée maîtresse de la réforme des retraites envisagée par François Bayrou. Le candidat UDF à la présidentielle a présenté ce mardi ses projets en la matière, qui ambitionnent de désamorcer la "fracture générationnelle" qui menace, selon lui, la France.

François Bayrou veut ainsi élaborer une réforme des retraites "équitable, adaptable dans le temps, durable, soutenable pour tous les Français et par tous les Français". Pour le candidat, il s'agit là d'un objectif prioritaire, tant l'urgence est grande.

En effet, a-t-il rappelé, de 2000 à 2020, la population des plus de 65 ans en France va passer de 10 à 15 millions (+50%), celle des plus de 75 ans de 4 à 6 millions et celle des plus de 85 ans va doubler pour atteindre 2 millions. Or, si les règles ne changent pas, a-t-il souligné, nous serons dans "l'impossibilité de prendre soin de nos aînés".

Pour introduire de la souplesse dans le dispositif actuel des retraites, François Bayrou veut donc permettre à chaque salarié de choisir librement l'âge auquel il arrête de travailler, et cela en fonction de sa situation personnelle (niveau de la retraite à laquelle il a droit, situation de famille, de santé, etc...).

Pour améliorer le sort des retraités modestes, le candidat promet de porter en cinq ans le minimum retraite à 90% du Smic.

François Bayrou a également affirmé qu'il fallait instituer une "égalité de droits devant la retraite", ce qui suppose selon lui de traiter le cas des régimes spéciaux et la pénibilité du travail.

Pour l'aspirant à l'Elysée, il s'agit bien là d'une réforme de fond à laquelle tous les Français doivent être associés. En premier lieu les partenaires sociaux, bien sûr, avec qui elle sera négociée - y compris les représentants des retraités. Mais en deuxième lieu l'ensemble des citoyens puisque le projet fera l'objet d'un référendum après son adoption par le Parlement.

"Une fois la réforme votée, elle ne devra plus être l'affaire de l'Etat mais celle des partenaires sociaux", a ainsi affirmé François Bayrou.

Autre piste d'action: le président de l'UDF veut inciter les entreprises à employer les seniors, à qui il souhaite redonner une place à part entière dans la société en leur faisant encadrer des activités de loisirs ou culturelles.

Son projet inclut une amélioration de l'offre de service à domicile, un accroissement du nombre d'infirmières et une professionnalisation des métiers de l'aide à la dépendance. "On a besoin d'une grande politique de prévention de la dépendance", a-t-il précisé, prônant la mise en place d'un "contrat-prévention dépendance" signé entre le patient et le médecin traitant en coopération avec l'assurance-maladie.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.