Fusion ANPE-Unedic : patronat et syndicats donnent un accord sous réserve

 |   |  296  mots
Réunis aujourd'hui à Bercy, syndicats et patronat ont en majorité exprimé un avis favorable sous réserve à l'avant-projet de loi sur la fusion ANPE/Unedic. Ils attendent un nouveau texte remanié du gouvernement, qui prenne en compte leurs remarques.

L'avant-projet de loi sur la fusion ANPE-Unedic, concocté par le gouvernement, a reçu aujourd'hui un avis favorable sous réserve du Medef et de trois syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC), l'UPA (artisanat) donnant un feu vert sans réserve, ont indiqué plusieurs participants, après une réunion du conseil supérieur de l'emploi, avec la ministre de l'Emploi, Christine Lagarde à Bercy.

La CGPME a exprimé un avis négatif sur le texte, de même que Force Ouvrière, opposée pour "des questions de principe" car "dès qu'il y a tripartisme avec l'Etat, c'est la fin d'une forme de paritarisme". "Nous étions pour le rapprochement opérationnel de l'ANPE et l'Unedic, qui devrait être bouclé en 2009-2010, je ne suis pas sûr qu'on ira plus vite avec la fusion", a expliqué Stéphane Lardy (FO).

De son côté, la CGT a donné un "avis négatif sous réserve", souhaitant plus de précisions sur la future convention des personnels. Selon Maurad Rahbi (CGT), la convention Unedic, relativement avantageuse, pourrait être étendue à la nouvelle institution, les agents ANPE (30 000 environ) étant libres de renoncer ou pas à leur statut pour y adhérer.

La CGT a estimé que le rôle de l'AFPA (formation professionnelle) n'était pas respecté, et rejeté la place "importante" faite aux opérateurs privés chargés du reclassement dans la nouvelle architecture.

Selon la présidente CFDT de l'Unedic, Annie Thomas, cette réunion du Comité supérieur de l'emploi a permis de retenir décembre 2008 comme "date de naissance cible" pour la nouvelle institution, qui "sera une instance sui generis" avec une "co-responsabilité" de l'Etat et des partenaires sociaux. Des "engagements" ont été pris et "il faut maintenant avoir le nouveau texte", a souligné Annie Thomas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :