Les consommateurs allemands retrouvent un moral d'acier

L'indice GfK du moral des consommateurs a progressé à 5,9 points pour avril, après 4,8 points en mars.

Malgré un ralentissement prévisible de l'économie outre-Rhin, les consommateurs allemands ont le moral, grâce à la baisse du chômage et aux augmentations conséquentes de salaires décrochées par les syndicats, si l'on en croit le dernier sondage de l'institut GfK publié lundi. Ce baromètre a grimpé à 5,9 points, après 4,8 points lors de l'enquête publiée en mars dernier.

Les consommateurs se sont déclarés plus optimistes sur leur propension à dépenser, leurs revenus et l'évolution de l'économie (les trois composantes de l'indice), selon l'enquête réalisée auprès d'un échantillon représentatif de quelque 2.000 personnes. Ce bond, spectaculaire, intervient alors que se font sentir les premiers signes d'un ralentissement de l'économie du pays, sur fond de crise financière, de force de l'euro et de détérioration de la conjoncture mondiale.

La chute de l'indice Ifo, qui mesure le moral des industriels, a sonné l'alarme la semaine dernière. L'institut GfK reste d'ailleurs prudent. "Les conditions se sont améliorées pour voir une relance de la consommation" dans les mois à venir, a-t-il expliqué dans un communiqué, rappelant qu'elle était déjà attendue pour le début de cette année.

La valse des étiquettes sur les produits alimentaires, et la montée des prix de l'énergie nourrie par le pétrole cher, avaient néanmoins freiné les ardeurs des Allemands, déjà peu portés à la dépense. Berlin fonde tous ses espoirs sur un décollage de la consommation pour atteindre son objectif de croissance de 1,7% cette année, après 2,5% en 2007.

Tendance à la décélération de l'inflation
Les prix à la consommation ont légèrement reculé en avril en Allemagne, de 0,2% sur un mois, grâce à une baisse de tarifs des prestations touristiques, selon un chiffre provisoire publié ce lundi par l'Office fédéral des statistiques (Destatis). Sur un an, le taux d'inflation a en revanche progressé de 2,4%, toujours tiré par les secteurs de l'énergie et de l'alimentation. Plus tôt dans la journée, plusieurs Länder avaient annoncé des taux d'inflation plus modérés que prévu. En Rhénanie-du-Nord-Westphalie (NRW), Land le plus peuplé d'Allemagne, il est tombé à 2,2%, en Hesse à 2,9%, dans le Bade-Wurtemberg à 2,3%, en Bavière à 2,5% et dans les deux Länder de l'est, Saxe et Brandebourg, à 2,6%. Comparé à mars, les prix ont reculé de 0,3% en NRW et 0,2% dans les autres, selon des communiqués des offices de statistiques locaux. Ce phénomène s'explique par l'avancée des vacances de Pâques au mois de mars. Les prix des prestations touristiques (locations de maison et voyages forfaitaires) ont dans la foulée fortement baissé en avril, qui ne comptait cette année aucun jour de vacances, explique ainsi l'Office de Saxe. En Hesse, l'indice des prix aurait atteint 2,2% hors carburants et fioul de chauffage, précise l'office du Land. "L'inflation allemande continue de surprendre. Mais pour une fois, les nouvelles ne sont pas mauvaises", a réagi Holger Schmieding, économiste à la Bank of America, cité par l'AFP. A plus long terme, "malheureusement, les bonnes nouvelles vont peu probablement peser. L'effet de Pâques est passé", tempère-t-il.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.