Moody's : bénéfice trimestriel divisé par deux, mais supérieur aux attentes

 |   |  305  mots
Le bénéfice de l'agence de notation américaine Moody's a reculé de 48% au deuxième trimestre,alors que la demande de notation pour les obligations adossées à des actifs et hypothécaires recule fortement. L'horizon reste sombre pour l'agence qui ne prévoit pas de rebond des marchés financiers avant la fin de l'année.

Un bénéfice divisé par deux (-48%) à 135,2 millions de dollars (86,8 millions d'euros), c'est ce qu'a présenté l'agence de notation financière Moody's ce mercredi lors de la publication de ses performances du deuxième trimestre. Par action, le résultat net atteint 54 cents, un montant légèrement supérieur aux 51 cents anticipés par le marché.

Le grand rival de Standard & Poor's (S & P), qui a présenté hier des résultats moins catastrophiques que prévu, a vu ses ventes baisser de 25% à 487,6 millions de dollars (313,5 millions d'euros), alors que la demande pour les notations d'obligations hypothécaires ou adossées à des actifs (CDO) recule fortement. Au deuxième trimestre, le chiffre d'affaires de l'activité de notation de CDO a ainsi diminué de 56% chez Moody's. Raymond McDaniel, le PDG de l'agence s'est montré très prudent concernant la possibilité d'un rebond du marché des crédits cette année.

Depuis un an, l'action Moody's a perdu 37% de sa valeur. Le milliardaire Warren Buffet, le plus gros actionnaire du groupe, a vu sa participation de 19,6% perdre 1,5 milliard de dollars sur la période.

Et rien ne dit que le plongeon va s'arrêter là. Moody's, comme ses consoeurs, Standard & Poor's et Fitch, fait l'objet de violentes critiques, en particulier en provenance des politiques américains. Le président du comité bancaire du Congrès, Christopher Dodd, n'a pas hésité à affirmer que la chute des marchés financiers était, en partie, due à l'attitude des agences de notation, qui ont accepté d'accorder leur note maximale, le fameux AAA, aux produits financiers adossés à des subprimes.

Et les ennuis ne s'arrêtent pas là. S & P, Moody's et Fitch Ratings sont sous le coup d'une enquête des autorités américaines et européennes au sujet de ces notations maximales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :