Restructuration dans la pharmacie en France

AstraZeneca, Sanofi-Aventis et Pfizer annoncent des suppressions de postes dans l'Hexagone.

Les salariés français des groupes pharmaceutiques se préparent à des fortes périodes de turbulences. L'usine AstraZeneca de Dunkerque (Nord) est en grève depuis lundi et les salariés bloquent le site, pour réclamer une hausse salariale et le maintien des emplois menacés par un plan social. Le personnel, mobilisé à l'appel d'une intersyndicale CGT-FO-CFDT, réclame une hausse de salaire de 100 euros nets et la renégociation du plan social annoncé par la direction. Selon la CGT, quelque 150 licenciements sont envisagés dans le cadre de la délocalisation en Inde de 25% de la production d'un médicament.

Dans un communiqué, la direction "dément de manière catégorique tous les chiffres qui circulent concernant l'avenir de l'emploi sur le site" du fait du "transfert à partir de mi-2009 d'une partie minoritaire de la production de l'Esomeprazole". "Les conséquences de ce transfert font l'objet d'une analyse qui prendra plusieurs semaines", a-t-elle ajouté.

Chez Sanofi-Aventis et chez AstraZeneca, ce sont les visiteurs médicaux qui seraient le plus sur la sellette. Au sein du groupe pharmaceutique américain, il est prévu la suppression de quelque 500 postes d'ici 2011 en France, essentiellement chez les visiteurs médicaux. En janvier 2007, Pfizer avait déjà annoncé la suppression d'ici fin 2008 de 10.000 emplois dans le monde, soit 10% de ses effectifs totaux, dont 504 en France (ramenés depuis à 397) avec la fermeture du laboratoire de recherche et développement d'Amboise (Indre-et-Loire), pour réduire ses coûts de fonctionnement. Les visiteurs médicaux avaient aussi été durement affectés.

Un autre grand laboratoire, le français Sanofi-Aventis, entend supprimer 400 à 600 postes de visiteurs médicaux en France d'ici fin 2008-début 2009, selon des sources syndicales, alors que la direction affirme ne pas avoir de "quota" défini.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.