Le FMI évoque le risque d'éclatement d'autres crises financières

 |   |  359  mots
Quelque 80 pays pauvres ou à revenus intermédiaires pourraient être frappés par des crises. Les prix élevés du pétrole et de l'alimentation sont pointés du doigt.

"Certains pays sont sur le point de basculer", a souligné Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fonds monétaire international (FMI), dans un communiqué publié ce mardi. L'institution de Washington met en garde contre le risque d'éclatement de crises financières un peu partout dans le monde, dû aux prix élevés du pétrole et de l'alimentation. Ces prix pourraient avoir un retentissement négatif "sur la balance des paiements de nombreux pays. L'inflation est en hausse, ce qui touchent les pauvres, et les équilibres budgétaires sont menacés", ajoute le FMI.

Le risque de crise semble d'autant plus grand que "l'augmentation des prix alimentaires devrait prendre plus longtemps que d'habitude pour se résorber, vu de nouvelles augmentations de la production de biocarburants à attendre, la poursuite d'une croissance forte dans les économies émergentes et en développement, et l'impact sur les coûts des niveaux élevés du prix du pétrole", précise le Fonds, dans sa première tentative d'évaluation de l'impact macroéconomique des prix élevés du pétrole et de l'alimentaire.

Le Fonds, dont la mission première est de prévenir l'émergence de crises de balance des paiements, a noté en particulier que la flambée du pétrole avait un "impact élevé" sur 81 pays pauvres ou à revenus intermédiaires.

Le FMI a souligné que 33 pays importateurs nets de nourriture avaient vu leur facture augmenter de 0,5% de leur produit intérieur brut (PIB) annuel depuis janvier 2007. Sur la même période, les effets du pétrole cher ont amputé les ressources de 59 pays pauvres importateurs de brut de 35,8 milliards de dollars (2,2% de leur PIB).

Pour l'institution, une "approche multilatérale" s'impose si l'on veut empêcher que les pays les plus pauvres s'enfoncent dans la crise, vu le côté durable de la hausse des prix du pétrole et de l'alimentation. Dominique Strauss-Kahn a indiqué qu'il espérait des "décisions fortes" sur cette question au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du Groupe des huit pays les plus industrialisés (G8), qui se tient du 7 au 9 juillet dans le nord du Japon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :