Allemagne : la croissance retombe à 2,5% en 2007, mais les finances publiques sont à l'équilibre

 |   |  472  mots
Même si elle a ralenti par rapport à 2006, la croissance de l'économie allemande s'est poursuivie l'an dernier à un rythme élevé. La croissance atteint 2,5% après 2,9% en 2006, malgré la hausse de trois points de la TVA en janvier 2007. Les finances publiques sont revenues à l'équilibre. Mais l'indice ZEW, qui mesure le moral des investisseurs, est en net recul en janvier.

L'Allemagne a affiché une croissance de 2,5% en termes réels l'an dernier, soit bien au-delà de son cycle de long terme se situant en deçà de 2%, selon les données publiées ce mardi matin par l'Office fédéral de la statistique. La croissance outre-Rhin a nettement ralenti au quatrième trimestre, pour s'établir à 0,25%, selon Norbert Räth, un des directeurs de l'Office fédéral des statistiques. Au troisième trimestre, la hausse du PIB de la première économie de la zone euro était de 0,7%. En 2006, la croissance avait cependant atteint 2,9%.

La hausse de trois points de la TVA en janvier 2007 aura freiné certes la consommation, mais pas produit les effets dévastateurs redoutés pour l'ensemble de la conjoncture. Elle aura en revanche contribué à remplir les caisses de l'Etat. Le solde global des administrations publiques (Etat fédéral, régions, communes, organismes sociaux ) affiche ainsi pour la première fois depuis 1969 un excédent, de 70 millions d'euros, contre un déficit de 1,6% du PIB en 2006. Le gouvernement à Berlin s'attend de nouveau à un léger déficit pour cette année.

Malgré la forte décrue du chômage, la consommation privée reste le talon d'Achille de l'économie en reculant de 0,3%, soit davantage que prévu. Un recul qui s'explique ici par la forte ponction fiscale. Le choc de la TVA du début de l'année 2007 n'a jamais pu être effacé. Une fois de plus, la croissance a été tirée par le commerce extérieur. Les exportations ont augmenté de 8,3% ce qui permet à l'Allemagne de défendre son titre de champion du monde.

La bonne santé des entreprises et l'anticipation d'une règle fiscale d'amortissement plus sévère a dopé l'investissement, lequel progresse de 8,4% en biens d'équipement.

Pour 2008 les pronostics sont revus à la baisse par la plupart des économistes, qui s'attendent à une croissance légèrement inférieure à 2%. La crise du crédit immobilier américain n'est pas encore passée et conduit à des premiers signes de récession outre-Atlantique. L'euro fort et la flambée des prix du pétrole sont d'autres menaces pesant sur la première économie d'Europe.

Mauvais début d'année pour le moral des investisseurs
Le jugement des investisseurs allemands sur les perspectives économiques du pays s'est détérioré plus fortement qu'attendu en janvier, montre l'enquête de l'institut ZEW publiée mardi. Son indice du sentiment économique, calculé sur la base d'une enquête auprès de 270 analystes et investisseurs institutionnels, est tombé à -41,6, chiffre le plus bas depuis janvier 1993, contre -37,2 en décembre. L'indice distinct mesurant le jugement des investisseurs sur la situation actuelle est là aussi en recul plus marqué qu'attendu, à 56,6 après 63,5 en décembre. L'indice des anticipations pour la zone euro a reculé à -41,7 contre -35,7 en décembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :