Salaires des fonctionnaires : augmentation générale de 0,8%

 |   |  321  mots
La CFDT, l'Unsa, la CFTC et la CGC de la Fonction publique ont annoncé ce jeudi qu'elles signaient une partie du protocole d'accord élaboré dans la nuit de lundi à mardi. A l'instar des autres fédérations syndicales, elles refusent de parapher la hausse du point d'indice pour 2008.

Le gouvernement fait chou blanc en ce qui concerne sa proposition d'augmentation salariale pour les 5,2 millions de fonctionnaires. Pour autant, le ministère du Budget et de la Fonction publique a annoncé jeudi que la hausse générale du point d'indice, qui sert de base de calcul du salaire des fonctionnaires, sera de 0,8% cette année. Comme il l'avait proposé dans la nuit de lundi à mardi aux huit fédérations de fonctionnaires.

Quatre syndicats (Unsa, CGC CFTC et CFDT) ont annoncé jeudi qu'ils signeraient une partie de l'accord, qui se présente en six volets, eux-mêmes regroupés en trois thèmes: action sociale, compte épargne temps (rachat de jours RTT) et salaires. Pour autant, aucune organisation syndicale n'a accepté de parapher le volet sur le point d'indice. Ce qui n'empêche pas le ministère de se prévaloir d'"un certain nombre de signatures" pour annoncer la hausse générale de 0,8%.

La CFDT, deuxième syndicat de la fonction publique, a annoncé qu'elle signerait quatre des six volets, rejetant ceux sur les jours RTT et le point d'indice. La CFTC a également décidé de signer quatre volets: action sociale, RTT, méthodologie et carrières. Le ministre du Budget et de la Fonction publique Eric Woerth avait proposé aux syndicats une revalorisation en deux temps: une première hausse du point d'indice de 0,5% au 1er mars suivie d'une deuxième de 0,3% au 1er octobre. Il avait conditionné ces revalorisations à l'obtention de signatures sur une partie du protocole d'accord. Ce qui est fait.

Pour autant, l'ensemble des fédérations syndicales jugent largement insuffisantes l'augmentation gouvernementale, notamment au regard de l'inflation. En janvier, les prix à la consommation au grimpé de 2,8%. Plusieurs fédérations syndicales ont décidé de prendre le temps de la réflexion, tout en laissant peu d'espoir en ce qui concerne leur signature de de la proposition salariale, comme la CGT.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :