L'interdiction de fumer n'a pas fait reculer le tabagisme en 2007

 |   |  585  mots
Malgré l'entrée en vigueur de l'interdiction de fumer au travail puis dans les cafés et restaurants, les ventes de cigarettes n'ont que peu reculé en France en 2007, en repli de seulement 1,48% et sont même stables depuis 2004. Le marché des médicaments d'aides à l'arrêt du tabac a néanmoins enregistré une forte croissance, avec notamment l'arrivée du Champix dans les pharmacies.

Le tabagisme a la vie dure. Selon le bilan annuel de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) publié ce vendredi, les différents leviers mis en place par les pouvoirs publics en 2007 n'auraient pas pas permis de faire reculer notablement le tabagisme en France. Et en premier lieu l'interdiction de fumer au travail, mise en place en février 2007, et étendue depuis le 1er janvier aux cafés et restaurants.

Le bilan 2007 de l'OFDT observe ainsi que les ventes de tabac "n'ont que peu reculé". Avec 54.945 tonnes vendues en France métropolitaine l'année dernière, les ventes de cigarettes enregistrent une "très légère baisse par rapport à 2006", en repli de 1,48%. Elles sont stables depuis 2004, après un recul très marqué sur 2003-2004, consécutif aux fortes hausses du prix des cigarettes. De leur côté, les ventes de tabac à rouler n'évoluent quasiment pas (-2,1% par rapport à 2006, avec 7.018 tonnes), et sont même légèrement supérieures à celles de 2004 (6.969 tonnes).

Le constat est donc clair : il existe "un paradoxe entre les moyens mis en oeuvre pour faire baisser le tabagisme des Français et la traduction en terme de ventes de tabac obtenue", pointe l'OFDT. Un constat également partagée par le milieu médical. "En termes d'arrêt du tabac, on est en mauvaise situation", renchérit ainsi le pneumologue et président de l'Office français de prévention du tabagisme (OFT), Bertrand Dautzenberg.

Pourtant, l'Etat n'a pas ménagé sa peine pour faire reculer le tabagisme. Outre l'entrée en vigueur de l'interdiction de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, l'année 2007 a vu le prix de la cigarette augmenter en août de 6%. De plus, depuis le 1er février, les médicaments d'aide à l'arrêt du tabac peuvent bénéficier d'un forfait annuel remboursable de 50 euros (428.770 forfaits versés).

De ce côté, l'OFDT remarque un autre paradoxe. Alors que les ventes de cigarettes sotn stables, le marché des médicaments anti-tabac a pour sa part fortement progressé en 2007, porté par ce nouveau forfait mais également par l'arrivée du Champix en février dans les pharmacies.

Sur l'ensemble de l'année, les ventes en officines de ville enregistrent ainsi une "très importante augmentation" de 30,6% par rapport à 2006. Le premier trimestre a même connu un record de ventes, avec une augmentation de près de 127% en février 2007 par rapport à février 2006. Les volumes sont ensuite revenus à des niveaux plus conventionnels, mais toujours légèrement supérieurs à l'année précédente.

Dans le détail de l'activité, l'arrivée du Champix, commercialisé par le laboratoire américain Pfizer, a bouleversé le marché. Ses ventes, sur ordonnance uniquement, représentent 435.436 mois de traitement, soit 19,7% du total. Les ventes de substituts nicotiniques sous formes orales ont, elles, augmenté de 12,8%, mais leurs parts de marché ont diminué de presque 6% (37,2%). Les ventes de timbres (patchs) ont augmenté de 4%, mais leurs parts de marché ont diminué de 10% (40,3%). Mais le grand perdant est surtout le Zyban (GlaxoSmithKline) avec des ventes en chute de 45% (2,6% de part de marché).

Toutefois, si l'interdiction de fumer dans les lieux publics, décidée pour protéger les non-fumeurs du tabagisme passif, semble avoir eu peu d'impact sur l'arrêt du tabac, le président de l'Office français de prévention du tabagisme estime néanmoins qu'elle a eu "un fantastique effet sur la diminution de l'exposition", avec des taux de pollution nettement en baisse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :