Avec des bénéfices divisés par trois au deuxième trimestre, Ericsson est prudent pour 2008

 |   |  369  mots
Le spécialiste des réseaux de téléphonie mobile Ericsson a publié ce mardi un bénéfice net en chute de 70% et une marge opérationnelle en repli de 9,7 points pour son deuxième trimestre 2008. Son chiffre d'affaires ressort en hausse et supérieur aux attentes malgré un ralentissement en Europe de l'Ouest.

C'est un trimestre difficile pour le suédois Ericsson. En restructuration depuis la fin de l'année dernière, le groupe subit sur 2008 un ralentissement en Europe de l'Ouest et un dollar faible. Autant de déconvenues qui ont plombé les résultats du numéro un mondial des réseaux de téléphonie mobile au cours de son deuxième trimestre 2008.

A commencer par son bénéfice net qui est tombé à 1,9 milliards de couronnes suédoises (201 millions d'euros) contre 6,4 milliards un an plus tôt, soit une dégringolade de 70%. La division par plus de trois des profits nets est liée, indique le groupe dans son communiqué publié ce mardi, aux charges de restructuration d'1,8 milliard.

Dans le même temps, le bénéfice opérationnel se retrouve divisé par deux à 4,7 milliards de couronnes contre 9,3 milliards il y a un an. La marge opérationnelle est quant à elle tombée à 9,7% du chiffre d'affaires alors qu'elle s'élevait à 19,4% au deuxième trimestre 2007.

Le chiffre d'affaires pour sa part une progression de 2% sur un an à 48,5 milliards de couronnes ; une bonne surprise pour les analystes qui tablaient plutôt sur 47,51 milliards de couronnes. Dans son communiqué, le groupe précise qu'à taux de change constant, la croissance est de 7%. "L'activité générale est restée stable", a commenté le patron du groupe, Carl-Henric Svanberg, cité dans le communiqué.

Division par division, le chiffre d'affaires de l'activité réseau recule de 1% à 33,3 milliards de couronnes et sa marge opérationnelle descend à 10% contre 19%. Progressent en revanche, les activités multimédia et réseaux professionnels, de respectivement 16 et 7%.

Le PDG a également souligné que les ventes ont continué de croître en Amérique (+47% en Amérique du Nord et +21% en Amérique latine) mais ont faibli en Europe de l'Ouest (-3%), son principal marché.

"En l'absence de changements majeurs en ce qui concerne l'environnement du marché, nous pensons, indique Carl-Henric Svanberg, qu'il est toujours prudent de tabler sur un marché des réseaux mobiles atone en 2008" ; des prévisions identiques à celles avancées à l'issue du premier trimestre.

La sanction des investisseurs est sans appel. A la clôture, l'action Ericsson, cotée à Stockholm, a dévissé de 11,05% à 66,8 couronnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :