Continental envisagerait de supprimer 2.000 postes chez VDO

 |   |  211  mots
L'équipementier allemand pourrait supprimer près de 2.000 emplois au sein du spécialiste de l'électronique automobile qu'il vient de racheter. Continental chercherait en effet à réduire ses coûts et à améliorer sa rentabilité.

Après le rachat fin 2007 de son concurrent VDO, l'équipementier automobile allemand Continental envisagerait de supprimer 2.000 emplois au sein du spécialiste de l'électronique automobile racheté pour 11,4 milliards de dollars auprès de Siemens. Selon des sources proches du dossier, qui confirment des informations parues dans le quotidien économique Financial Times Deutschland, le groupe supprimerait quelque 1.500 postes en Allemagne, qui viennent s'ajouter au plan déjà existant de VDO portant sur 500 suppressions de postes.

L'annonce de ces éventuelles suppressions d'emplois n'est pas une surprise. Lors du rachat de VDO par Continental, le patron du groupe pneumatique, Manfred Wennemer, n'avait pas caché sa volonté d'améliorer la rentabilité de son groupe, en expliquant qu'il n'hésiterait pas à se débarrasser des activités qui ne comptaient pas parmi les leaders mondiaux du secteur. Le syndicat de la métallurgie IG Metall avait lui même exprimé ses craintes pour l'emploi et avancé le chiffre de 7.000 suppressions de postes.

Pour l'instant, Continental s'est refusé à tout commentaire. Mais selon les mêmes sources, le directeur du personnel chez Continental, Heinz-Gerhard Wente, devrait annoncer ces mesures devant les comités d'entreprise qui doivent se tenir jeudi 21 février, après la conférence de presse consacrée aux résultats annuels du groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :