La CGT menace de prolonger la grève des aiguilleurs du ciel

 |   |  261  mots
Les négociations entre les contrôleurs aériens de la CGT et la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) ont échoué. Alors que la grève continue ce mercredi, notamment à Orly, le syndicat a déposé un nouveau préavis de grève pour la semaine prochaine.

Le conflit entre les aiguilleurs du ciel de la CGT et la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) est dans l'impasse. Mardi soir, à l'issue de plus de quatre heures de réunion, les deux parties ont campé sur leurs positions. Le syndicat refuse le projet de la DGAC de transférer d'Orly à Roissy en 2011 certains contrôleurs, dans le but de préparer le regroupement des trois centres de contrôle aérien de la région parisienne (Orly, Roissy, Athis-Mons) à l'horizon 2015-2017. Un projet accepté par la CGT qui conteste seulement la phase transitoire.

Alors que le préavis de grève court jusqu'à vendredi à Orly (jeudi à Roissy et Athis Mons où la CGT est faiblement représentée), le syndicat a annoncé avoir déposé un nouveau préavis de grève à Orly pour la semaine prochaine, du 18 au 22 février.

Orly tourne au ralenti. Ce mercredi matin le trafic y était toujours très perturbé peu après avec de nombreux retards et des annulations, au troisième jour de la grève. Des vols pour Prague, Tunis, Casablanca, Toulouse, Agen, Aurillac étaient annoncés annulés sur les écrans de contrôle. Depuis lundi, la ligne Toulouse-Orly est particulièrement touchée, avec l'annulation de près d'une vingtaine de rotations sur les 31 quotidiennes réalisées habituellement, selon l'aéroport de Toulouse-Blagnac.

Le directeur de la DGAC, Patrick Gandil s'est insurgé hier soir contre "le blocage de la CGT qui s'oppose à la modernisation du service public pour s'assurer de maintenir sa prédominance syndicale".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :