Crise alimentaire : la communauté internationale proscrit les interdictions d'exportation

 |   |  360  mots
De Berne où elles sont réunies pour essayer de faire face à la crise alimentaire, les principales organisations internationales veulent convaincre les Etats de ne pas recourir aux interdictions d'exportation qui ne font qu'aggraver la pénurie.

"Nous appelons les pays à ne pas recourir à des interdictions d'exportation. Ces contrôles encouragent l'accumulation, poussent les prix à la hausse et pénalisent les plus pauvres habitants de la planète", a déclaré ce mardi Robert Zoellick, président de la Banque Mondiale, lors d'une conférence de presse à Berne en compagnie d'autres dirigeants d'organisations internationales. Il a ainsi salué à cet égard la décision de l'Ukraine, la semaine dernière, de lever ses restrictions à l'exportation de céréales, ce qui a eu pour "effet immédiat de faire baisser les cours". "D'autres pays peuvent faire la même chose", a-t-il insisté.

De son côté, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déclaré qu'il avait déjà demandé à tous les Etats du monde de lever immédiatements ces mesures. Et le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), Pascal Lamy, a jugé "évident que de telles mesures entraînent une hausse supplémentaire des prix". "A court terme, ce n'est pas une bonne solution économique", a-t-il commenté.

Ban Ki-moon a réuni à Berne les dirigeants de 27 organisations internationales afin de dresser un plan de bataille pour faire face à la crise provoquée par la flambée des prix des produits alimentaires. Il a annoncé la création d'une cellule de crise afin de répondre au défi de la crise alimentaire mondiale. Cette cellule sera placée sous l'autorité directe de M.Ban, qui a chargé le secrétaire général adjoint, John Holmes, de sa coordination.

La priorité immédiate est de "nourrir les affamés", a souligné Ban Ki-Moon en demandant aux pays donateurs de répondre "en urgence et de manière complète" aux appels de fonds qui ont été lancés.

Pour faire face à la pénurie alimentaire et à la flambée des prix des denrées, l'Argentine, le Brésil, le Vietnam, l'Inde et l'Egypte ont imposé récemment des limitations à l'exportation sur certains produits dans le but d'assurer la sécurité alimentaire de leurs populations. Le gouvernement brésilien a en outre annoncé jeudi l'interruption de ses exportations de riz.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :