France Télévisions se félicite de ses 22 millions de bénéfices

Le groupe dirigé par Patrick de Carolis a vu son bénéfice net bondir de 70% en 2007. Il rappelle ses craintes en matière de recettes publicitaires, promises à baisser voire disparaître, alors qu'elles ont atteint l'an passé 788 millions.

France Télévisions, qui vient de réunir son conseil d'administration, a indiqué avoir réalisé un résultat net de 22,2 millions d'euros en 2007, en hausse de 70%. Il est "en nette progression par rapport au budget initial", a souligné le Président du groupe Patrick de Carolis qui parle d'une "belle et très bonne année 2007".

L'engagement vis à vis de la création française a été respectée avec 353 millions de francs investis (contre 352 millions promis).

Le chiffre d'affaires a crû de 2,6% à 2,9 milliards d'euros. La redevance audiovisuelle qui a rapporté 1,879 milliard euros a permis de financer la grille des programmes qui a coûté 1,853 milliard.

Sur le sujet sensible de la publicité, depuis que Nicolas Sarkozy a lancé le chantier de son éventuelle disparition sur l'audiovisuel publique, France Télévisions a engrangé 788 millions d'euros de recettes l'an dernier. Elle pourrait en perdre les trois quarts en cas de suppression de la publicité après 20 heures, a souligné Patrick de Carolis.

Il a indiqué que selon, une lettre des ministères de tutelle, adressée à l'occasion de ce conseil d'administration, le manque à gagner en 2008 s'élèvera bien à 150 millions d'euros. Ils feront l'objet "d'une dotation en capital" avec versement "dans les meilleurs délais", a-t-il indiqué. Il a dit vouloir empêcher le maximum de départs sur les 317 salariés du groupe qui travaillent pour la publicité.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.