Natixis plonge après de nouvelles pertes sur le premier semestre

La banque, filiale des Caisses d'Epargne et Banques Populaires, enregistre une perte nette de 948 millions d'euros au 30 juin, et de plus d'un milliard d'euros sur le seul deuxième trimestre. Le groupe, qui doit lancer une augmentation de capital, revoit également ses orientations stratégiques. Le titre perd plus de 7% à la Bourse de Paris.

2 mn

Actualité chargée autour de Natixis. La banque d'investissement publie ce jeudi ses résultats du premier semestre alors qu'elle doit également détailler les modalités de son augmentation de capital de 3,7 milliards d'euros, qui pourrait afficher une forte décote.

Sans surprise, la filiale des Caisses d'Epargne et des Banques Populaires enregistre une nouvelle perte semestrielle de 948 millions d'euros contre un bénéfice de 1,565 milliard au premier semestre 2007. Sur le seul deuxième trimestre, la perte atteint 1,017 milliard d'euros contre un bénéfice de 1,014 milliard à la même période un an plus tôt, et alors que les analystes anticipaient une perte nette d'environ 700 millions d'euros pour cette période.

Le produit net bancaire (équivalent du chiffre d'affaire) a reculé de 63% à 1,552 milliard d'euros. Les revenus de la banque ont notamment été imputés à hauteur de 1,95 milliard d'euros par la baisse de valeur des produits financiers les plus touchés par la crise des crédits immobiliers américains à risque ("subprime").

Par analyse des métiers, la crise financière a sévèrement touché la banque de financement et d'investissement. La branche, principal métier de Natixis, enregistre une perte nette de 1,443 milliard d'euros au premier semestre!

Dans ce contexte, Natixis se dote de nouvelles orientations stratégiques qui s'articulent sur quatre axes. D'abord, la banque d'investissement va rester l'activité principale mais elle doit réduire son exposition aux risques. La banque va ainsi renforcer ses métiers tournés vers les clients tout en réduisant la voilure sur les activités de marché pour compte propre.

Natixis souhaite également poursuivre la stratégie de croissance sur les autres métiers du groupe : gestion d'actifs, services, poste clients, capital investissement et banque de détail. La banque a également déjà lancé un plan d'efficacité opérationnelle qui vise 400 millions d'euros d'économies en 2009. Enfin, Natixis se fixe comme objectif une croissance annuelle moyenne du produit net bancaire de 4% entre 2007 et 2010 hors impact de la crise.

L'annonce de ces résultats et la perspective d'une augmentation de capital à forte décote déplaît au marché. A la Bourse de Paris, le titre décroche de 7,73% à 5,25 euros.

Les difficultés de Natixis font plonger les résultats de ses maisons mères Caisses d'Epargne et Banques Populaires

La crise financière touche par richochet Banque Populaire et Caisse d'Epargne. Les deux maisons mères de Natixis sont impactées par les déboires de leur filiale. Pour le groupe mutualiste Banque Populaire, le bénéfice net a fondu de 91% au premier semestre à 94 millions d'euros. Les revenus du groupe (produit net bancaire, PNB) ont quant à eux chuté de 28% à 3,55 milliards d'euros. Pour sa part, le groupe bancaire mutualiste Caisse d'Epargne est resté bénéficiaire de justesse au premier semestre. Le bénéfice net du groupe a dégringolé à 21 millions d'euros sur les six premiers mois de l'année, contre 1,449 milliard d'euros il y a un an. Il a ainsi été divisé par 69. Quant aux revenus (produit net bancaire, PNB), ils sont en recul de 21,5% à 4,52 milliards d'euros.

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.