Louis Schweitzer élu président du conseil de surveillance du journal Le Monde

 |   |  444  mots
Louis Schweitzer a été élu président du conseil de surveillance du groupe Le Monde. Le président de la Haute autorité de lutte conte les discriminations (Halde) et ex-PDG de Renault remplace à ce poste Alain Minc, qui a présenté sa démission.

Les actionnaires du Monde ont soldé lundi la crise de gouvernance du groupe, avec les démissions de deux de ses principaux protagonistes, Jean-Michel Dumay et Alain Minc, et l'élection de Louis Schweitzer en remplacement de ce dernier à la tête du conseil de surveillance.

Lors d'un conseil de surveillance réuni en milieu d'après-midi, Jean-Michel Dumay, président de la Société des rédacteurs du Monde (SRM, actionnaire de référence) et vice-président du conseil de surveillance, a comme prévu, présenté sa démission. Fin janvier, les actionnaires externes du groupe l'avaient sommé de quitter ses fonctions, à la fin de son mandat le 30 juin, afin de permettre l'élection d'Eric Fottorino à la présidence du directoire du groupe. Les sociétés de personnels du groupe, qui constituent l'actionnariat interne du Monde, avaient alors enjoint le président du conseil de surveillance Alain Minc à faire de même. Poussé vers la sortie en juillet dernier par les sociétés de personnels, l'homme d'affaires devait quitter ses fonctions le 31 mars prochain.

Dans un long discours, Alain Minc a plaidé pour une recapitalisation "inévitable" du groupe par Lagardère et Prisa, qui permettrait, selon lui, de sauver 50 emplois. La direction du groupe doit prochainement annoncer un plan d'économies qui devrait se solder par des suppressions d'effectifs. Dans un entretien mardi dans le Figaro Alain Minc estime qu'un report de la recapitalisation du groupe entraînerait une aggravation du plan de départs volontaires prévu, pouvant aller jusqu'à 150 suppressions de postes.

Soit l'augmentation de capital "est réalisée très vite et le plan ne portera à mon avis que sur une centaine d'emplois". Soit "elle est retardée d'un an et ce sera alors 40 à 50 de plus", affirme Alain Minc. La recapitalisation du quotidien devrait, selon lui "s'élever à une centaine de millions d'euros, dont 75 millions de remboursement des obligations remboursables en actions".

Pour remplacer Alain Minc, vivement contesté par les journalistes du Monde pour sa proximité affichée avec Nicolas Sarkozy, les actionnaires du groupe ont choisi une personnalité plus consensuelle: l'ancien Pdg de Renault Louis Schweitzer. Depuis 2005, il préside la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde), dont la création avait été proposée par Jacques Chirac lors de la campagne présidentielle de 2002.

Le conseil de surveillance a également nommé David Guiraud, ancien directeur général des Echos, comme directeur général du groupe et vice-président du directoire. Avec ces nominations, Le Monde voit ses instances dirigeantes totalement renouvelées et tourne définitivement la page de la période de gestion Jean-Marie Colombani/Alain Minc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :