OMC : des négociations "sur le fil du rasoir"

 |   |  317  mots
Les négociations au sein de l'organisation mondiale du commerce (OMC) vont se poursuivre ce mardi dans un climat "très tendu". Les principales puissances commerciales ne sont pas parvenues à un accord et les dissensions se creusent de toutes parts.

Les discussions, musclées, se sont prolongées très tard dans la nuit de lundi à mardi entre les représentants des pays membres de l'organisation mondiale du commerce (OMC), réunis à Genève, mais elles n'ont pas encore abouti. D'après le porte-parole de l'organisation, elles se déroulent dans un climat très tendu.

La journée de lundi a été marquée par un affrontement vif entre les Etats-Unis d'une part et l'Inde et la Chine de l'autre. Delhi s'oppose pour l'instant au compromis proposé sur la clause de sauvegarde, une protection tarifaire souhaitée par les pays en développement en cas de flambée des importations de produits agricole. L'Inde souhaite abaisser son niveau, tandis que les Etats-Unis redoutent qu'elle en fasse un outil de protectionnisme.

Du côté chinois, on réclame une forte réduction, voire une suppression, des subventions américaine sur le coton. Ce à quoi Washington répond en déplorant le fait que la Chine soit revenue sur des engagements pris vendredi dernier.

Mais les oppositions ne se cantonnent pas à l'habituelle fracture entre pays du Nord et du Sud. De petits pays exportateurs comme l'Uruguay et le Paraguay, ont également attaqué l'Inde sur la question de la clause de sauvegarde. Ils ont accusé Delhi de vouloir protéger son marché alors que les marchés émergents sont le principal débouché pour leurs exportations agricoles.

Enfin, même le camp européen se fissure. Neuf pays de l'Union européenne parmi les plus opposés aux propositions de Pascal Lamy se sont réunis lundi soir à Genève pour établir une position commune alors qu'il revient en principe à la Commission européenne de négocier au nom des 27 pays membres. Il s'agit de l'Italie, de la France, de l'Irlande, de la Pologne, de la Hongrie, de la Grèce, du Portugal, de la Lituanie et de Chypre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :